"J’ai besoin d’avoir toujours ses photos sous les yeux" : 20 ans après le 11-Septembre, Dan n'a pas fait le deuil de son père, mort dans le World Trade Center

Les États-Unis commémorent samedi les attentats du 11-Septembre survenus il y a 20 ans. Franceinfo a rencontré à New York le fils d'une victime. Il ne participera pas aux cérémonies.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Dan Friedman avait 11 ans quand son père a été tué dans les attentats du 11 septembre 2001. (SANDRINE ETOA-ANDEGUE / RADIO FRANCE)

Cela fait 20 ans jour pour jour qu'ont eu lieu les attentats du 11 septembre 2001. Les États-Unis se préparent à commémorer les près de 3 000 morts dans ces attaques perpétrés par des terroristes d'Al-Qaïda. Dan Friedman, qui avait 11 ans quand son père a été tué, n’ira pas à l’hommage aux victimes du World Trade Center. "Je n’y suis jamais allé en 20 ans, explique-t-il. La lecture des noms, c’est atroce, je ne veux pas assister à ça."

Son père Andrew, 44 ans, travaillait dans une société de courtage située au 92e étage de la tour Nord. Dan conserve de nombreuses photos de lui, souriant, dans son salon. "Il était très grand, comme moi, près de 2 mètres. Il était très gentil, c’était un modèle pour nous. J’ai besoin d’avoir toujours ses photos sous les yeux, surtout en ce moment, ça me rend heureux, ça le rend présent", confie Dan. Il conserve aussi un morceau en acier récupéré dans les débris des tours jumelles et une couverture confectionnée à partir des vêtements de son père, un bout de costume, de peignoir, d’un de ses jeans préférés.

"Je n’arrive toujours pas à faire mon deuil, c’est difficile avec un évènement d’une telle ampleur médiatique. Et puis avec ce qu'il vient de se passer en Afghanistan, cet échec politique, ce 20e anniversaire est plus éprouvant que les autres."

Dan Friedman

à franceinfo

Il y a une semaine, le président Joe Biden a annoncé que les documents liés à l’enquête du FBI sur les attentats seront déclassifiés. "On verra s’il tient parole, on veut que justice soit faite, ils doivent la vérité aux familles, lance Dan. Qui a financé les terroristes et rendu ces attaques possibles ? Et si notre gouvernement est impliqué, eh bien soit ! Mais on veut savoir !"

Dan Friedman a conservé un morceau en acier récupéré dans les débris des tours jumelles où travaillait son père le 11 septembre 2001. (SANDRINE ETOA-ANDEGUE / RADIO FRANCE)

En attendant, Dan se concentre sur la marque de chaussettes qu’il a créée il y a quatre ans avec son frère jumeau Mike. Le choix est symbolique. "À l’époque, on avait distribué aux secouristes du World Trade Center des bouteilles d’eau, de quoi manger et des chaussettes propres et sèches parce qu’à force de s’affairer dans les décombres, leurs pieds étaient sales et humides." Il y a 10 % des bénéfices qui sont reversés à des associations de familles de victimes, notamment celle qui a accompagné Dan et Mike. Elle se nomme Tuesday’s Children, (Les enfants du mardi). Du mardi 11 septembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Attentats du 11 septembre 2001

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.