Etats-Unis : le policier mort au lendemain de l'assaut du Capitole a succombé à deux AVC, selon le rapport d'autopsie

Des sources anonymes, citées par le "New York Times", avaient d'abord assuré qu'il avait reçu des coups d'extincteur. Sa dépouille avait été exposée au Capitole et Joe Biden lui avait rendu hommage sur place.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un mémorial pour Brian Sicknick, le policier mort au lendemain de l'attaque du Capitole, le 10 janvier 2021. (AL DRAGO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Un policier américain, décédé au lendemain de l'assaut du Capitole par des manifestants pro-Trump en janvier, est mort de causes "naturelles" après deux accidents vasculaires cérébraux (AVC), selon le rapport d'autopsie publié lundi 19 avril. Le sort de Brian Sicknick avait ému de nombreux Américains, choqués par l'attaque du siège du Congrès. Sa dépouille avait été exposée au Capitole, un honneur exceptionnel, et Joe Biden lui avait rendu hommage sur place.

Des sources anonymes, citées par le New York Times, avaient d'abord assuré qu'il avait reçu des coups d'extincteur, une version des faits ensuite écartée. Sa mort restait mystérieuse, plus de trois mois après les faits. Brian Sicknick a subi deux accidents vasculaires cérébraux (AVC), a finalement conclu le médecin légiste de la capitale fédérale Washington, Francisco J. Diaz.

Quatre autres personnes sont mortes au cours de ce coup de force : une manifestante abattue par un policier, Ashli Babbitt, et trois autres personnes pour des raisons médicales distinctes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.