Etats-Unis : un policier est mort des suites de ses blessures, après les violences au Capitole

Brian D. Sicknick avait été blessé dans les affrontements avec les militants pro-Trump mercredi à Washington. Il avait perdu connaissance, avant d'être pris en charge dans un hôpital.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un officier de police du Capitole devant des partisans de Donald Trump, à Washington, aux Etats-Unis, le 6 janvier 2021. (CHERISS MAY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Il n'a pas survécu. Un policier a succombé, jeudi 7 janvier, à des blessures reçues lors d'affrontements avec des partisans du président américain sortant Donald Trump, qui se sont introduits au Capitole à Washington (Etats-Unis). Censée être une simple formalité, la certification de la victoire de Joe Biden par les deux chambres du Congrès réunies en session extraordinaire a tourné à "l'insurrection", mercredi.

>> Etats-Unis : les réactions après les violences au Capitole en direct

L'agent Brian Sicknick "était déployé sur les affrontements au Capitole mercredi 6 janvier 2021 et a été blessé lors de contacts physiques avec les protestataires", a indiqué la police du Capitole. Il a perdu connaissance avant d'être pris en charge dans un hôpital de la ville dans la soirée de mercredi. "Il est retourné à ses quartiers et s'est effondré. Il a été emmené à l'hôpital local où il a succombé à ses blessures", précise un communiqué jeudi soir. Brian Sicknick était au service de la sécurité du Congrès américain depuis juillet 2008. "L'ensemble de la police du Capitole présente ses condoléances à la famille et aux proches de Brian D. Sicknick", précise le communiqué.

Quatre protestataires sont morts durant ces incidents, dont une femme touchée par une balle tirée par la police. Pour les trois autres décès, les circonstances n'ont pas encore été éclaircies. Après les affrontements, le chef de la police du Capitole, Steven Sund, a par ailleurs présenté sa démission, dans une lettre datée du 7 janvier, adressée à ses supérieurs hiérarchiques et rendue publique ce vendredi par une journaliste de Politico.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.