Affaire Jeffrey Epstein : un médecin légiste remet en cause la thèse du suicide

Selon lui, le corps présentait des blessures "extrêmement inhabituelles dans les suicides par pendaison".  

Le financier américain Jeffrey Epstein, sur une photo prise par la justice criminelle new-yorkaise, le 28 mars 2017.
Le financier américain Jeffrey Epstein, sur une photo prise par la justice criminelle new-yorkaise, le 28 mars 2017. (HANDOUT / REUTERS)

Selon un médecin légiste engagé par le frère de Jeffrey Epstein, le financier américain ne se serait pas suicidé en prison, rapporte le New York Times, dans un article publié mercredi 30 octobre. Le docteur Michael Baden, qui a assisté à l'autopsie de Jeffrey Epstein, a expliqué, sur la chaîne Fox News, que le corps présentait des blessures "extrêmement inhabituelles dans les suicides par pendaison"

"Elles pourraient apparaître beaucoup plus souvent dans des cas d'homicide par strangulation", a-t-il poursuivi. Avant de conclure : "Je pense que des éléments indiquent qu'il s'agit d'un homicide plutôt que d'un suicide"

L'affaire Jeffrey Epstein avait connu un coup de tonnerre, le 10 août, avec la mort du financier et figure de la jet-set américaine dans sa cellule du Metropolitan Correctional Center, la prison fédérale de Manhattan (New York). Début juillet, Jeffrey Epstein, 66 ans, avait été inculpé d'agressions sexuelles et exploitation sexuelle de mineures. Il était incarcéré en attendant d'être jugé. Une autopsie, pratiquée quelques jours après la découverte du corps de Jeffrey Epstein, avait alors confirmé qu'il s'était suicidé par pendaison