Etats-Unis : aucun policier ne sera inculpé pour les tirs contre l'Afro-Américain Jacob Blake

Cet Afro-Américain avait été grièvement blessé par balles en août par des policiers. Cette fusillade avait ravivé la colère antiraciste dans le pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants défilent pour demander justice après les tirs contre Jacob Blake, le 24 août 2020 à Minneapolis (Minnesota). (KEREM YUCEL / AFP)

Les policiers impliqués dans les tirs ayant grièvement blessé l'Afro-Américain Jacob Blake en août à Kenosha (Etats-Unis), ne seront pas poursuivis, a annoncé mardi 5 janvier le procureur chargé de cette affaire qui avait ravivé la colère antiraciste aux Etats-Unis. "Aucun agent de Kenosha ne sera inculpé (...) Sur la base des faits et de la loi, nous avons décidé qu'aucun chef d'inculpation ne serait retenu", a déclaré le procureur local Michael Graveley lors d'une conférence de presse.

Jacob Blake, 29 ans, a été criblé de balles le 23 août sous les yeux de ses trois fils, alors qu'il tentait de prendre place dans sa voiture. Grièvement blessé, il a perdu l'usage de ses jambes. La scène a été filmée par un témoin et les agents impliqués suspendus de leurs fonctions. L'affaire a provoqué trois nuits d'émeutes à Kenosha et a culminé le 25 août quand un jeune homme de 17 ans a tiré au fusil semi-automatique sur trois manifestants, faisant deux morts.

Le dossier avait entraîné une forte mobilisation dans le monde du sport et sur la scène politique. Alors candidats à la présidentielle, Donald Trump et Joe Biden s'étaient rendus sur place. Le pays connaît un mouvement historique de protestation contre le racisme et les violences policières depuis la mort de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié par un policier blanc le 25 mai à Minneapolis. Anticipant cette annonce, le conseil municipal a décrété l'état d'urgence dans cette ville de 100 000 habitants de la région des Grands Lacs et 500 membres de la Garde nationale sont prêts à être déployés, si des violences devaient éclater.



Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.