Cet article date de plus de sept ans.

Un journaliste russe tué près de Donetsk

Un cameraman de la télévision publique russe Pervy Kanal a été tué dans la nuit de dimanche à lundi près de Donetsk. C’est le troisième journaliste russe abattu en Ukraine depuis le début des hostilités.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Anatoli Klian a été tué alors qu'il effectuait un reportage avec des rebelles. © MaxPPP)

 Un journaliste russe, Anatoli Klian, a succombé à ses blessures après avoir été touché à l’abdomen alors qu’il tournait avec son équipe près d’une base de l’armée ukrainienne. L’homme, âgé de 68 ans, accompagnait des mères de soldats russes venues chercher leurs fils dans un car avant que le véhicule ne soit pris pour cible par des tirs aux abords de la base.

 

Sa mort a provoqué l’ire du ministre des Affaires étrangères russe qui a réagi dans un communiqué. Cela "démontre à nouveau, de façon convaincante, que les forces ukrainiennes ne veulent pas l'apaisement du conflit dans l'Est du pays. Elles nuisent à un cessez-le-feu déjà fragile", a-t-il dit.

 

C’est le troisième journaliste de la télévision publique russe tué en Ukraine. Le 17 juin dernier, deux autres journalistes avaient été abattus dans la région de Louhansk.

Une trêve impossible 

Les affrontements entre les séparatistes pro-russes et les autorités ukrainiennes se poursuivent dans l’Est du pays malgré la trêve proclamée, le 20 juin, par le président ukrainien Petro Porochenko.

 

Les dirigeants russe, ukrainien, français et la chancelière allemande ont engagé des négociations téléphoniques hier afin d’empêcher le retour de la violence à l’expiration de la trêve ce lundi soir.

 

Si l’homme fort du Kremlin plaide pour une prolongation du cessez-le-feu, l’opinion publique ukrainienne et les médias souhaitent, eux, le retour des hostilités afin de reprendre le contrôle des bastions séparatistes et la frontière avec la Russie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.