Un homme noir, sans arme, abattu par un policier blanc en Arizona

Un policier, blanc, de Phoenix, a abattu jeudi un homme noir soupçonné de vente de drogue, non armé. Une nouvelle affaire en pleine polémique sur l'acquittement des policiers ayant tué Michael Brown et Eric Garner. La famille de la victime conteste la version de la police, qui affirme qu'il y a eu une lutte entre les deux hommes.

(La police de Phoenix a communiqué sur une lutte ayant précédé la mort de Rumain Brisbon © Capture d'écran/AZ Central)

Rumain Brisbon, 34 ans, père de famille noir, a été abattu jeudi soir à Phoenix. Le tireur : un policier blanc. Cette nouvelle affaire attise encore un peu plus la colère de milliers d'Américains, qui manifestent quotidiennement contre l'acquittement des policiers ayant tué Michael Brown à Ferguson, et Eric Garner à Staten Island. Chaque semaine ou presque apporte son fait divers plus ou moins semblable : un homme noir tué par un policier, toujours blanc. Le dernier en date était un jeune garçon de 12 ans, Tamir Rice, abattu à Cleveland.

Cette fois, Rumain Brisbon avait été interpellé par la police sur fond de soupçon de trafic de drogue. Dans un communiqué, les forces de l'ordre de la capitale de l'Arizona détaillent les circonstances. Rumain Brisbon aurait ainsi tenté de s'échapper en voyant arriver les policiers, puis aurait refusé d'obéir "à plusieurs ordres " d'un des policiers, âgé de 30 ans avec sept ans d'expérience derrière lui.

Aucune arme retrouvée sur la victime

Ensuite, "une lutte " se serait engagée, puis la victime aurait mis sa main dans sa poche : là, le policier a "cru sentir la crosse d'un revolver " et a tiré deux fois dans le torse de Rumain Brisbon, mort sur le coup. En fait, dans la poche, il avait une boîte de pilules d'oxycodone, qui peut être consommé comme de la drogue. Selon l'avocate de la famille de Rumain Brisbon, "plusieurs témoins (...) contestent la version des policiers ". La mère de la victime, elle, ne veut pas mettre d'huile sur le feu et assure qu'il ne s'agit pas d'une "question de race ".

Ce nouveau fait divers est survenu alors que des dizaines de milliers d'Américains manifestaient jeudi soir, à New York, Washington ou encore Oakland, pour protester contre les violences policières, et le racisme supposé des forces de l'ordre. La tension n'en est que renforcée.

►►► À LIRE | Affaire Eric Garner : des milliers de manifestants à New York