Un Français a été assassiné mercredi à Sanaa et un membre de l'ambassade britannique a été blessé dans un attentat

Le ressortissant français travaillait au Yémen pour le groupe énergétique autrichien OMV et a été tué par un garde armé dans l'enceinte de l'entrepriseUn tir de roquette contre la voiture blindée d'un diplomate britannique a fait un blessé léger tôt le matin. Deux passants, une femme et un enfant, ont aussi été blessés.

Dans cette rue de Sanaa, une voiture de l\'ambassade britannique a été attaquée (6 octobre 2010)
Dans cette rue de Sanaa, une voiture de l'ambassade britannique a été attaquée (6 octobre 2010) (AFP)

Le ressortissant français travaillait au Yémen pour le groupe énergétique autrichien OMV et a été tué par un garde armé dans l'enceinte de l'entreprise

Un tir de roquette contre la voiture blindée d'un diplomate britannique a fait un blessé léger tôt le matin. Deux passants, une femme et un enfant, ont aussi été blessés.

L'attentat s'est produit à environ trois kilomètres de l'ambassade, dans la rue Khawlane, empruntée chaque matin par les diplomates pour se rendre à la chancellerie, selon le correspondant de l'AFP sur place. La voiture transportait cinq membres de l'ambassade, dont sa numéro deux, qui n'a pas été blessée.

Il s'agit du deuxième attentat contre des représentants de l'ambassade de Grande-Bretagne au Yémen en six mois.

L'ambassadeur britannique, Timothy Torlot, avait été la cible d'un attentat raté le 26 avril, lorsqu'un kamikaze portant une ceinture d'explosifs s'était jeté contre son convoi alors qu'il se trouvait à 600 mètres de la chancellerie.

Le Yémen, base grandissante d'Al-Qaïda
En revendiquant cette attaque, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) avait qualifié la Grande-Bretagne "d'allié principal de l'Amérique dans sa guerre contre l'islam", lui reprochant notamment d'avoir organisé en janvier une conférence sur le Yémen des pays donateurs.

La Grande-Bretagne avait coprésidé, avec l'Arabie saoudite et le Yémen , une nouvelle réunion des "Amis du Yémen " en septembre à New York, qui avait souligné que ce pays, en butte notamment à la menace grandissante d'Al-Qaïda, poserait un "très grand danger" si la communauté internationale n'empêchait pas son effondrement.

Parallèlement à l'attaque contre la voiture diplomatique britannique, le directeur français du groupe énergétique autrichien OMV au Yémen a été tué par balle par un garde mercredi dans l'enceinte du siège de la compagnie près de Sanaa, selon des sources au sein des services de sécurité.

"Le garde armé a ouvert le feu sur le directeur en criant Allah Akhbar (Dieu est grand)", a indiqué l'une des sources de sécurité, sans pouvoir dire si l'attaque avait été motivée par une affaire personnelle ou un autre mobile.

Le siège de la compagnie, qui se trouve à Haddah, dans la banlieue proche de Sanaa, a été encerclé par des forces de police après l'attaque, et l'assaillant a fini par être désarmé et a été arrêté.

A Paris, le Quai d'Orsay a confirmé la mort par balles du ressortissant français, précisant qu'il était employé par la société française SPIE et était détaché auprès du groupe OMV.

Les incidents de mercredi viennent s'ajouter à une longue liste d'attentats anti-occidentaux contre des objectifs militaires et civils depuis 2000 au Yémen , où Al-Qaïda se montre de plus en plus actif malgré la détermination affichée du pouvoir de lutter contre le réseau d'Oussama ben Laden.