Turquie : dix anciens amiraux arrêtés pour avoir critiqué un projet du président Erdogan

Une enquête a été ouverte contre ces militaires opposés à un projet de canal, pour "réunion visant à commettre un crime contre la sécurité de l'Etat et l'ordre constitutionnel".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'une conférence de presse à Ankara (Turquie), le 29 mars 2021. (ERCIN ERTURK / ANADOLU AGENCY / AFP)

Interpellés pour leur opposition à un projet de canal. En Turquie, dix amiraux à la retraite ont été arrêtés, lundi 5 avril, au lendemain de la publication d'une lettre ouverte signée par une centaine d'anciens officiers, dans laquelle ils critiquent un projet de canal à Istanbul, qui relierait la mer Noire et la mer de Marmara, porté par le président Recep Tayyip Erdogan. 

"Le devoir d'amiraux retraités n'est pas de publier des déclarations qui comportent des allusions à un coup d'Etat politique", a réagi le chef d'Etat turc, lundi après-midi, lors d'un discours à Ankara. "Aucun fonctionnaire à la retraite n'a le droit d'emprunter un tel chemin", a-t-il ajouté.

Les dix amiraux retraités ont été placés en garde à vue, selon le bureau du procureur général d'Ankara. Quatre autres anciens officiers n'ont pas été arrêtés du fait de leur âge, mais ils ont reçu l'ordre de se présenter à la police d'Ankara dans les trois prochains jours. Une enquête a été ouverte contre les militaires à la retraite signataires de la lettre, pour "réunion visant à commettre un crime contre la sécurité de l'Etat et l'ordre constitutionnel", d'après le bureau du procureur.

Le plus ambitieux des projets d'Erdogan

Les signataires de cette lettre affirment qu'outre son impact sur l'environnement, le projet de canal pourrait compromettre la Convention de Montreux de 1936. Celle-ci garantit le libre passage des navires civils dans les détroits du Bosphore et des Dardanelles, aussi bien en temps de paix que de guerre.

"Canal Istanbul" est le plus ambitieux des projets de Recep Tayyip Erdogan, parmi les nouveaux aéroports, ponts, routes et tunnels bâtis depuis son arrivée au pouvoir. Pour le gouvernement, ce canal pourrait doter la ville d'un nouveau pôle d'attractivité, en plus de soulager le détroit du Bosphore. Ce canal serait comparable à ceux de Panama ou de Suez.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.