Attentat-suicide à l'aéroport d'Istanbul : au moins 36 morts et 147 blessés

Des assaillants ont ouvert le feu sur les voyageurs avec des kalachnikov, avant de se faire sauter.

Une ambulance arrive à l\'aéroport international d\'Istanbul, cible d\'un attentat-suicide, le 28 juin 2016.
Une ambulance arrive à l'aéroport international d'Istanbul, cible d'un attentat-suicide, le 28 juin 2016. (OZAN KOSE / AFP)

L'attentat-suicide qui a visé l'aéroport Atatürk d'Istanbul, mardi 28 juin dans la soirée, a fait au moins 36 morts et 147 blessés, selon un nouveau bilan communiqué mercredi matin. Selon un responsable turc, la plupart des victimes sont de nationalité turque mais il y a aussi parmi elles des étrangers. Il n'a pas été en mesure de préciser la nationalité des étrangers.

"Un terroriste a commencé à tirer avec une kalachnikov puis s'est fait exploser", a brièvement expliqué le ministre turc de la Justice devant les députés. Un responsable turc a de son côté déclaré que deux kamikazes avaient actionné leurs charges explosives avant de passer les contrôles de sécurité de l'aéroport. La police aurait de son côté ouvert le feu pour tenter de les neutraliser. Selon le gouverneur d'Istanbul, l'attentat aurait été mené par trois kamikazes.

Plus d'une dizaine d'ambulances ont été dépêchées sirènes hurlantes vers le terminal des vols internationaux. Des blessés sont également transportés à bord de taxis vers les hôpitaux de la ville. Tous les vols au départ de l'aéroport d'Istanbul (le 11e dans le monde avec quelque 60 millions de passagers par an) ont été suspendus.

REUTERS

Selon des témoins cités par CNN Türk, les violentes déflagrations qui ont secoué le terminal ont provoqué un mouvement de panique parmi les passagers. "C'était très fort, tout le monde a paniqué et s'est mis à courir dans toutes les directions", a dit l'un d'eux sur cette chaîne.

La télévision a diffusé des images très impressionnantes sur lesquelles on voit un policier tirer sur un terroriste puis celui-ci, blessé, tomber au sol en actionnant sa charge.

Les autorités turques ont décrété un embargo sur les informations en rapport avec l'attentat. "J'espère vivement que l'attaque visant l'aéroport Atatürk sera un tournant, une charnière, pour la lutte commune à mener, avec en tête les pays Occidentaux, sur toute la planète contre les organisations terroristes", a déclaré le président turc, Recep Tayyip Erdogan, dans un communiqué. Depuis Bruxelles, François Hollande a condamné "fermement" un "acte abominable".