Turquie : le président Erdogan en position de force

Les arrestations se poursuivent, après qu'une partie de l'armée a tenté de prendre le pouvoir, vendredi 15 juillet.

France 2

Après le coup d'État manqué en Turquie vendredi 15 juillet, le président Erdogan en ressort-il affaibli ou renforcé ? "Ce putsch raté s'est transformé en véritable coup de pouce manqué pour lui", analyse Stéphanie Perez, en direct d'Istanbul. Bien malgré eux, les putschistes lui ont "ouvert les portes vers les pleins pouvoirs", poursuit la journaliste. Désormais, il peut se présenter en sauveur de la démocratie. Il est d'ailleurs toujours fêté comme tel sur la place Taksim, ce lundi soir.

Des risques d'attentats

Ce qui est sûr, c'est qu'il a déjà gagné la bataille de la communication et des images. Malgré ça, "il ne peut pas se permettre de mener cette purge à grande échelle, car la Turquie reste exposée au risque d'attentat kurde ou islamiste et le pays ne peut pas rester longtemps avec une administration désorganisée et une armée décimée", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des partisans de Erdogan manifestent à Istanbul (Turquie), le 16 juillet 2016.
Des partisans de Erdogan manifestent à Istanbul (Turquie), le 16 juillet 2016. (ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS)