La Turquie interdit les émissions télé de rencontres et bloque l'accès à Wikipedia

D'une part, le gouvernement dénonce des programmes pernicieux pour l'institution de la famille. D'autre part, il s'indigne d'être que la Turquie soit placée "sur le même plan" que des groupes extrémistes, dans des articles de l'encyclopédie en ligne. Dans les deux cas, un même souci de contrôler les médias.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan prononce un discours lors d\'un dîner de gala, le 27 avril 2017 à Istanbul (Turquie).
Le président turc Recep Tayyip Erdogan prononce un discours lors d'un dîner de gala, le 27 avril 2017 à Istanbul (Turquie). (KAYHAN OZER / ANADOLU AGENCY / AFP)

Nouveau tour de vis en Turquie. Cette fois, le gouvernement du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan a interdit les émissions télévisées de rencontres amoureuses, très populaires dans le pays. "A la radio et à la télévision, ce type de programmes dans lesquels les personnes sont présentées les unes aux autres pour trouver un petit ami ne peuvent être autorisés", explique le décret publié samedi 29 avril.

En mars dernier, déjà, le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus avait critiqué ces "programmes étranges qui mettent à la casse l'institution de la famille et lui retirent sa noblesse et sa sainteté". Certains opposants accusent régulièrement le parti islamo-conservateur AKP de faire pencher la Turquie vers un islam conservateur. Mais le parti, lui, évoque les milliers de plaintes déposées chaque année contre ces émissions, et estime qu'il faut donc les interdire dans l'intérêt du public.

L'accès à Wikipedia bloqué dans le pays

Par ailleurs, l'accès à Wikipedia a été bloqué après une mesure administrative, selon l'organisme de surveillance Turkey Blocks, une information ensuite confirmée par les autorités. Le gouvernement reproche au site de ne pas avoir retiré des articles dans lesquels la Turquie serait "mise sur le même plan" que des groupes extrémistes et accusée de "collaborer" avec eux, selon le ministère des Transports et des Télécommunications, cité par l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Les autorités ne précisent pas de quelles organisations il s'agit, mais la Turquie réagit toujours très vivement à ce qu'elle assimile à de la "propagande terroriste" en faveur du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Certains critiques, dont des militants kurdes, accusent Ankara de parfois collaborer avec les jihadistes en Syrie, une allégation fermement rejetée par les autorités turques. Le blocage de Wikipedia pourrait être levé, à condition que les articles incriminés soient retirés.

Le fondateur de Wikipedia, Jimmy Wales, souligne que "l'accès à l'information est un droit humain fondamental. Peuple turc, je serai toujours à vos côtés pour défendre ce droit".

Une nouvelle purge dans la fonction publique

Enfin, près de 4 000 fonctionnaires ont été révoqués, dans le cadre d'un décret adopté en vertu de l'état d'urgence imposé après la tentative de coup d'Etat de juillet. Quelques jours plus tôt, plus de 1 000 personnes avaient été arrêtés et plus de 9 100 policiers avaient été suspendus, dans le cadre d'une nouvelle purge contre des partisans présumés du prédicateur Fethullah Gülen, accusé par Ankara d'être à l'origine du coup d'Etat. Au total, 47 000 personnes ont déjà été arrêtées dans le cadre de l'état d'urgence.