Vidéo Terrorisme : 48 étrangers soupçonnés de radicalisation ont été expulsés depuis juillet, annonce Gérald Darmanin

Publié
Article rédigé par
Radio France

Selon le ministre de l'Intérieur, la menace terroriste reste à un niveau "très élevée" en France. 

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a affirmé que 48 personnes en situation irrégulière et soupçonnées de radicalisation "ont été expulsées", depuis qu'il est ministre de l'Intérieur. Il a expliqué avoir établi une liste de 231 étrangers suivis pour radicalisation.

Parmi ces 231 étrangers, "il y en a 48 qui ont été expulsés depuis que je suis ministre de l'Intérieur", a souligné Gérald Darmain. "Il y en a eu plus de 450 depuis que le président de la République est Emmanuel Macron", a-t-il ajouté. Par ailleurs, "il y a la moitié de ces 231 personnes qui sont désormais hors état de nuire. Plus de 50 sont en centre de rétention administrative en attendant d'être expulsés dans les heures et les jours qui viennent. Une quarantaine sont assignés en résidence afin d'être particulièrement surveillés", a-t-il détaillé.

Le ministre de l'Intérieur s'est rendu ces derniers jours en Russie, en Algérie et Tunisie avec une liste de leurs ressortissants en situation irrégulière, soupçonnés de radicalisation, et que la France voudrait expulser. "Il n'y a que des étrangers en situation irrégulière par nature, qui ne sont pas binationaux. Les binationaux restent sur le territoire national. Ils sont aussi Français", a-t-il souligné.

La menace terroriste reste très élevée

"Le risque terroriste aujourd'hui est très élevé, a poursuivi Gérald Darmanin. Je ne sais pas s'il est plus élevé qu'il y a cinq ans, mais il est très élevé. Il est très élevé parce que nous avons à subir une double menace. La menace qu'on appelle exogène, l'extérieur, des gens qui sont envoyés sur notre sol, ce qui était le cas en 2015 pour tuer" et  "nous avons aussi une menace très forte, endogène, des gens qui sont parmi nous, des ennemis de l'intérieur", a-t-il expliqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.