Enseignant décapité : Gérald Darmanin va demander l'expulsion de 231 étrangers en situation irrégulière et fichés pour radicalisation à caractère terroriste

La décision du ministre de l'Intérieur intervient deux jours après l'assassinat de l'enseignant Samuel Paty dans les Yvelines.

Gérald Darmanin, le ministre de l\'Intérieur, à Rabat, au Maroc, le 16 octobre 2020.
Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, à Rabat, au Maroc, le 16 octobre 2020. (FADEL SENNA / AFP)

Après la décapitation d'un professeur d'histoire à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, Gérald Darmanin va demander aux préfets d'expulser 231 étrangers en situation irrégulière et fichés pour radicalisation à caractère terroriste, selon les informations recueillies par franceinfo dimanche 18 octobre, confirmant une information d'Europe 1.

>> DIRECT. Rassemblements en hommage au professeur Samuel Paty : suivez notre édition spéciale

Selon une source proche du dossier, parmi ces 231 étrangers, 180 sont actuellement incarcérés. 51 autres qui sont en liberté vont être interpellés, a confirmé cette même source. Le ministre de l'Intérieur s'est d'ailleurs rendu au Maroc dans la semaine pour notamment demander au gouvernement marocain de récupérer neuf de ses ressortissants radicalisés en situation irrégulière. Ce voyage du ministre au Maroc était prévu de longue date, mais l'annonce de ces expulsions d'étrangers fichés pour radicalisation en situation irrégulière a été précipitée par le drame de Conflans-Sainte-Honorine.

Samuel Paty, professeur d'histoire à Conflans-Sainte-Honorine, qui avait montré des caricatures de Charlie Hebdo lors d'un de ses cours a été décapité, non loin du collège Bois d'Aulne vendredi par un jeune homme de 18 ans, d'origine tchétchène né à Moscou en 2002.

Laurent Nuñez, coordonnateur du renseignement et de la lutte contre le terrorisme a indiqué dimanche sur franceinfo qu'il y avait "plus de 20 000 fiches pour radicalisation, dont un peu plus de 8 000 toujours actives".