Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Ces jeunes recrues dégoûtées par l'opération Sentinelle qui désertent l'armée

Après le choc des attentats et l'afflux de recrues dans l'armée, motivées par les slogans des clips publicitaires, le sursaut national est retombé. En cause, selon ce militaire qui se confie à "Envoyé spécial" dans cet extrait, la mission Sentinelle.

ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

En presque trois ans, sur fond de traumatisme post-attentats et de sursaut national, 46 000 jeunes se sont engagés. La plupart ont signé pour trois ou cinq ans. Mais parmi eux, beaucoup voudraient arrêter au bout d'un an à peine. Certains craquent, au point de déserter. Ceux-là risquent au moins trois ans de prison. L'un des militaires qui forment ces jeunes expose les raisons de cette désillusion dans cet extrait d'"Envoyé spécial".

Selon Clément, qui témoigne à visage caché, beaucoup de ces jeunes ont été séduits par les clips publicitaires vantant les opérations extérieures aussi bien que les missions comme l'opération Sentinelle. Après une année sur les cinq qu'ils doivent en tout, "ils vont aller jusqu'au bout de leur contrat, mais ils savent déjà qu'ils ne resigneront pas".

Première mission : Sentinelle, dans 95% des cas

"Ils arrivent, ils font leurs classes, ils passent tous les diplômes… Dans 95% des cas, leur première mission, c'est Sentinelle. Voilà, ils sont engagés pour faire ça", conclut-il, amer. Après dix ans de service à arpenter les zones de guerre en opérations extérieures, lui-même ne reconnaît plus son métier.

"Je ne me suis pas engagé pour faire de la sécurité", lâche Clément. Dégoûté, il pense à quitter l'armée. "La sécurité, c'est pas le job d'un militaire, assène-t-il. Il y a assez de forces de l'ordre, gendarmeries, CRS, policiers pour ça. Nous, on a d'autres chats à fouetter."

Extrait de "Opération Sentinelle : dans la tête de nos soldats", un reportage d'"Envoyé spécial", diffusé le 16 novembre 2017.

Opération Sentinelle
Opération Sentinelle (FRANCE 2 / FRANCETV INFO)