Cet article date de plus de trois ans.

Une enquête antiterroriste ouverte après la découverte samedi de quatre bonbonnes de gaz au pied d'un immeuble parisien

Cinq interpellations ont eu lieu lundi dans la soirée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La police a découvert deux bonbonnes de gaz, dans la nuit du vendredi au samedi 30 septembre 2017, dans le hall d'un immeuble du quartier de la porte d'Auteuil et deux autres sur le trottoir. (GOOGLE MAPS)

Le parquet de Paris a ouvert une enquête antiterroriste après la découverte dans la nuit de vendredi à samedi de quatre bonbonnes de gaz et d'un dispositif de mise en feu, au pied d'un immeuble du 16e arrondissement de Paris, a appris franceinfo de sources proches de l'enquête, confirmant une information du Point. Cinq interpellations ont eu lieu lundi 2 octobre dans le cadre de cette enquête, qui a été confiée à la section antiterroriste de la brigade criminelle ainsi qu'à la direction Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI).

La police a découvert deux bonbonnes de gaz dans le hall de cet immeuble du quartier de la porte d'Auteuil et deux autres sur le trottoir, ont indiqué à l'AFP des sources proches du dossier. Les enquêteurs ont retrouvé la présence d'hydrocarbures autour de bonbonnes ainsi qu'un téléphone portable avec des fils aux extrémités, s'apparentant à "un dispositif de mise à feu".

C'est un résident qui a donné l'alerte après avoir découvert, dans la nuit de vendredi à samedi vers 4h30, deux des quatre bonbonnes. Des analyses techniques doivent être réalisées sur cet engin explosif artisanal.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête de flagrance pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", "tentative de destruction par un moyen dangereux en relation avec une entreprise terroriste" et "tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste". 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lutte contre le terrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.