Cet article date de plus de six ans.

Paris : l'homme arrêté avec un couteau à la Tour Eiffel, hospitalisé en psychiatrie, était en "permission de sortie"

Le jeune homme arrêté samedi à Paris pour avoir sorti un couteau devant des militaires de la Tour Eiffel était en "permission de sortie". Il était interné depuis plusieurs mois dans un hôpital psychiatrique. 

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des militaires de l'opération Sentinelle en position sous la tour Eiffel, le 20 mai 2017. (MICHEL EULER / AFP)

L'homme de 19 ans porteur d'un couteau, arrêté samedi 5 août au soir à la Tour Eiffel a affirmé lors de sa garde à vue qu'il voulait "commettre un attentat contre un militaire", a appris franceinfo de source judiciaire. Suite à ces affirmations, la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête dimanche 6 août, alors que l'enquête ne s'orientait pas dans un premier temps vers la piste terroriste, en raison des antécédents psychiatriques de l'homme interpellé.

Le jeune Français de 19 ans avait en effet été hospitalisé pendant plusieurs mois dans un service psychiatrique, et son hospitalisation avait été prolongée pour six mois le 27 juillet dernier. Il avait obtenu une "permission de sortie du 4 au 6 août", a également appris franceinfo de source judiciaire.

Il affirme avoir "été en contact avec un membre du groupe État islamique"

Lors de sa garde à vue, qui peut désormais se prolonger jusqu'à la soirée du mercredi 9 août, le jeune homme a également affirmé avoir "été en contact avec un membre du groupe État islamique" qui l'aurait "encouragé à passer à l'acte."

Le jeune Français de 19 ans a été arrêté samedi 5 août au soir alors qu'il tentait de forcer les contrôles de sécurité à la Tour Eiffel. Après avoir franchi un premier portique de sécurité, il a sorti un couteau et crié "allahou akbar". Les militaires lui ont immédiatement demandé de poser son couteau, ce qu'il a fait sans résistance. Des perquisitions à son domicile étaient toujours en cours dimanche après-midi alors que l'enquête est désormais ouverte pour association de malfaiteurs terroristes en vue de commettre des crimes d'atteinte aux personnes et tentatives d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.