Français partis combattre en Syrie : "C'est par rapport à la propagande qu'ils sont souvent dans la désillusion"

Me Martin Pradel, avocat au barreau de Paris, spécialiste des dossiers terroristes et de la défense de Français revenus de Syrie, était l'invité de franceinfo vendredi. Il est revenu sur "la désillusion" ressentie par certains Français de retour des combats. 

L\'avocat Maître Martin Pradel, qui défend plusieurs familles revenues de Syrie, le 18 octobre 2017.
L'avocat Maître Martin Pradel, qui défend plusieurs familles revenues de Syrie, le 18 octobre 2017. (FRANCEINFO)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Les personnes manifestant la volonté de rentrer en France sont "plus déçues que repenties, il faut à l'égard de cela faire attention", a mis en garde vendredi 10 novembre sur franceinfo François Molins, le procureur de la République de Paris. "Il ne faut pas confondre la déception et la désillusion", a-t-il dit.

Une désillusion "positive"

Un avis que partage Me Martin Pradel, avocat au barreau de Paris, spécialiste des dossiers terroristes et de la défense de Français revenus de Syrie. "Ce que disent ces gens, ce n'est pas nécessairement qu'ils renoncent à leurs convictions religieuses. Parfois, ils ont reçu une propagande et c'est par rapport à cette propagande qu'ils sont souvent dans la désillusion." La désillusion "est quelque chose de positif", parce que quand on est "dans l'obsession radicale, il n'y a pas de désillusion possible."

"Ils ont reçu une propagande et c'est par rapport à cette propagande qu'ils sont souvent dans la désillusion, dans la déception." Me Martin Pradel à franceinfo.
--'--
--'--