Malgré les sanctions, la Turquie poursuit son offensive contre les Kurdes

Paris suspend ce samedi 12 octobre au soir toutes ses exportations d'armes vers la Turquie, comme l'Allemagne. Malgré le tollé international et les menaces de sanctions des États-Unis, le président turc se dit déterminé à poursuivre son offensive en Syrie. Des combats intenses qui ont déjà fait des dizaines de morts.

franceinfo

Les rebelles syriens, supplétifs de l'armée turque, s'avancent dans le centre-ville de Ras ai-Aïn en Syrie. Les combats font rage. Dans un local abandonné par la milice qui défendait le village, un rebelle syrien piétine le drapeau kurde. Mise en scène identique à l'extérieur. Ces images ont été tournées par une agence turque. Ankara affirme que la ville a été prise, ce que démentent les forces kurdes. L'offensive a été précédée pendant quatre jours par de violents bombardements.

Washington menace avec de nouvelles sanctions

100 000 personnes ont fui la zone des combats. Les déplacés kurdes ne comprennent pas pourquoi les Américains, alliés dans la lutte contre Daesh, ne les protègent plus aujourd'hui. C'est le retrait des forces américaines, dans certaines zones frontalières, qui a permis à la Turquie de lancer l'offensive. Devant la multiplication des critiques, Washington a remis la pression sur Ankara, brandissant de nouvelles sanctions. La France et l'Allemagne ont annoncé la suspension des ventes d'armes à la Turquie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des combattants syriens pro-Turquie prennent part à l\'offensive d\'Ankara contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, le 11 octobre 2019. 
Des combattants syriens pro-Turquie prennent part à l'offensive d'Ankara contre des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, le 11 octobre 2019.  (NAZEER AL-KHATIB / AFP)