Crimes de guerre en Syrie : un ancien rebelle salafiste renvoyé aux assises pour complicité

Majdi Nema est notamment accusé d'avoir été complice d'exactions contre des civils et des prisonniers de guerre, d'enrôlement de mineurs et de disparitions forcées de quatre militants.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le tribunal de Paris, le 4 juillet 2023. (STEFANO RELLANDINI / AFP)

Deux juges d'instruction du tribunal de Paris ont ordonné, mercredi 19 juillet, le renvoi aux assises pour complicité de crimes de guerre et de disparitions forcées de Majdi Nema. Ce Syrien a été porte-parole du groupe rebelle armé Jaysh al-Islam (JAI) lors de la guerre civile en Syrie.

Aujourd'hui âgé de 35 ans, il est notamment accusé d'avoir été complice, entre 2013 et 2016, d'exactions contre des civils et des prisonniers de guerre, d'enrôlement de mineurs et de disparitions forcées de quatre militants, dont l'avocate et journaliste syrienne Razan Zeitouneh, selon l'ordonnance de mise en accusation consultée par l'AFP.

"Nous n'avons absolument pas les moyens de juger", dénoncent ses avocats

"Cette décision s'inscrit à notre sens dans la continuité de ce que nous dénonçons depuis plusieurs mois, à savoir que Majdi Nema est renvoyé devant la cour d'assises en vertu d'une volonté purement politique de juger en France des crimes que nous n'avons absolument pas les moyens de juger", ont réagi ses avocats Romain Ruiz et Raphaël Kempf.

La Cour de cassation a reconnu, en juin, à la justice française une "compétence universelle" dans deux affaires qui concernent des crimes commis en Syrie, dont celle de Majdi Nema. La cour d'appel de Paris a maintenu sa mise en examen en avril 2022, estimant que la loi syrienne prévoyait "par équivalence" plusieurs crimes et délits de guerre définis dans le code pénal français.

Pour Clémence Bectarte, avocate de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) et de parties civiles, "cette décision marque l'aboutissement de plusieurs années de combat pour faire reconnaître les crimes commis par Jaysh al Islam [Armée de l'islam] en Syrie et le rôle joué par ses dirigeants dans leur commission". La FIDH, la Ligue des droits de l'homme et le Centre syrien des médias, ainsi que des membres des familles des personnes disparues avaient déposé une plainte en juin 2019 visant JAI.

Installé à Marseille depuis 2019

Majdi Nema, dont le nom de guerre est Islam Alloush, avait été interpellé à Marseille, où il s'était installé en novembre 2019 pour suivre un cycle de conférences en tant qu'étudiant à l'Institut de recherche sur le monde arabe et musulman de l'Université Aix-Marseille. Il a été mis en examen le 31 janvier 2020 par le pôle crime contre l'humanité du tribunal de Paris, notamment pour actes de tortures et complicité, crimes de guerre et complicité de disparitions forcées.

Le Syrien, dont la détention provisoire a été prolongée le 12 juillet, a toujours réfuté les accusations, avançant n'avoir été qu'un porte-parole "sans influence". Mais pour les juges d'instruction, "il ne fait aucun doute que Majdi Nema tient une position de cadre dans les rangs de JAI".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.