Syrie : une 5e "amnistie" décrétée par le président al-Assad

Une semaine après sa réélection, le président syrien annonce ce lundi une amnistie générale, la cinquième depuis le début du soulèvement populaire en mars 2011. La mesure vise tous les "crimes"jusqu’à aujourd’hui.

(Le président syrien décrète une "amnistie générale" © Reuters|Sana Sana)

Une amnistie générale décrétée par Bachar-al-Assad, l’éponge passée sur  tous les "crimes " commis jusqu’à ce lundi, l’annonce a été faite depuis Damas par la télévision d’Etat. Elle a également cité le ministre de la Justice, pour préciser le cadre de la mesure : "la réconciliation et la cohésion (…) après les victoires syriennes" sur le terrain" .

L’opposition syrienne n’a pas encore réagi à cette annonce, qui suit quatre autres amnisties depuis le début du conflit en mars 2011. Selon un dernier bilan, publié en mai 2014 par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), la révolte en Syrie qui s’est transformée en guerre sanglante a fait plus de 162.000 morts.

Une mesure après une élection contestée

L’amnistie de lundi  n’est pas une surprise dans la mesure où elle intervient une semaine après la réélection de Bachar al-Assad, à la tête de la Syrie. Le scrutin et son issue avaient été qualifiés d’ "illégitime " par l’opposition et de "parodie de la démocratie " par les pays occidentaux. La Russie s’était démarquée en considérant que les Syriens avaient fait le choix de "l’avenir du pays" .

Bachar al-Assad a été élu le 3 juin pour un troisième mandat de sept ans. Il prêtera serment le 17 juillet prochain, et, à cette occasion, un discours devant le parlement sur sa nouvelle "politique " serait programmé.