Cet article date de plus de neuf ans.

Syrie : les offensives de l'armée se poursuivent à Damas et Alep

Les forces syriennes ont lancé dimanche matin des assauts pour reprendre plusieurs quartiers de Damas et Alep, deuxième ville de Syrie. Plusieurs quartiers ont été bombardés et l'armée reprend du terrain sur les insurgés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Tandis que 233 personnes dont 153 civils, 43 soldats et 37 rebelles ont
été tuées dans la journée de vendredi, l'armée syrienne poursuit sa contre-attaque, notamment à Damas.

À Damas, l'armée regagne du terrain

L'offensive gouvernementale se durcit quatre jours après l'attentat à la bombe qui a tué quatre hauts responsables de la sécurité avec l'utilisation à Damas d'hélicoptères de combats et de chars d'assaut.

Les troupes d'élite de la 4e division, dirigée par le frère de Bachar al Assad, Maher, ont assiégé le district de Barzé, dans le nord de damas. Par ailleurs, les insurgés ont été délogés de Mezzeh, quartier huppé commandant l'entrée ouest de la capitale.

Les agents de sécurité renforcent la surveillance et intensifient leur présence, inspectant de nombreuses voitures et contrôlant les identités.

À Alep, où un nouveau front a été ouvert vendredi, les forces syriennes ont lancé dimanche à l'aube une nouvelle offensive.

Alep, scène de violents combats

L'armée tente de reprendre le contrôle du quartier de Salaheddine où "de violents combats se déroulent depuis l'aube" , a déclaré un militant. 

Dimanche, la rebellion syrienne a annoncé le début de "la bataille de libération" d'Alep et s'est engagée à y protéger les minorités. Notamment chrétiennes et alaouites. Une vidéo a été postée sur YouTube par le colonel Abdel Jabbar al-Okaidi, commandant du conseil militaire de l'Armée syrienne libre (ASL). Il proclame "le lancement de
l'opération visant à libérer Alep des mains tachées de
sang de la clique d'Assad"
.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au total164 personnes sont mortes dans les violences de samedi : 86 civils dont trois détenus qui ont péri lors d'une mutinerie dans la prison centrale de Homs, 49 militaires et 29 rebelles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.