Cet article date de plus de huit ans.

Syrie : l'ONU adopte une résolution soutenant un plan de paix

Les cinq grandes puissances du Conseil de sécurité de l'ONU sont tombées d'accord sur une résolution prévoyant notamment un cessez-le-feu et la mise en place d'un gouvernement de transition en Syrie.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Après de longues heures de tractations, les grandes puissances ont trouvé un accord sur la Syrie © REUTERS/Mike Segar)

Cette résolution demande à l'ONU de préparer un mécanisme de supervision du cessez-le-feu dans un délai d'un mois et d'organiser début janvier des négociations formelles entre le gouvernement de Damas et l'opposition.

A LIRE AUSSI ►►► Syrie : la France et ses alliés veulent un "calendrier précis" pour le départ d'Assad

Elle prévoit par ailleurs la mise en place d'un gouvernement de transition et l'organisation d'élections, précisant qu'il revient au peuple syrien "de décider de l'avenir de la Syrie" - un point sur lequel la Russie a insisté face aux pays occidentaux et arabes qui demandaient le départ de Bachar al-Assad dès le début du processus de transition. 

Des négociations entre Damas et l'opposition syrienne dès janvier

Parallèlement aux tractations à l'Onu, les pays du Groupe de soutien international à la Syrie (ISSG) ont engagé une nouvelle réunion. Les chefs de la diplomatie des 17 pays qui le composent, dont la Russie, les Etats-Unis, la France, la Turquie, l'Arabie saoudite et, donc, l'Iran, se sont retrouvés vendredi au Palace Hotel de New York. Ils doivent affiner la feuille de route pour la paix en Syrie qu'ils ont définie lors des deux premières conférences internationales, les 30 octobre et 14 novembre derniers à Vienne, et que la résolution du Conseil de sécurité va venir appuyer. 

Ce sont les grandes lignes de la feuille de route qui ont été adoptées. Explications à New York de Charlotte Alix

La feuille de route prévoit le lancement en janvier de négociations entre Damas et l'opposition syrienne pour la constitution d'un gouvernement d'union nationale et d'éventuelles élections, ainsi qu'un cessez-le-feu dans toute la Syrie, qui ne s'appliquerait pas à Daech, au Front al Nosra et à d'autres groupes armés.

"Ce cessez-le-feu nous permettra de nous tourner vers notre objectif numéro 1 : détruire Daech", a déclaré Barack Obama lors de sa conférence de presse de fin d'année

"Assad a perdu toute légitimité", répète Obama

L'ancien Premier ministre syrien Riad Hidjab, choisi comme coordinateur en vue des négociations, a prévenu que l'opposition n'accepterait pas que Bachar al-Assad reste au pouvoir pendant la phase de transition : "Nous irons à ces négociations sur ce principe, nous n'engagerons pas de discussions sur autre chose. Il n'y aura pas de concessions."

A LIRE AUSSI  ►►► Conflit syrien : "Assad ne peut pas être la solution", dit Hollande

Lors de sa conférence de presse de fin d'année, Barack Obama a répété lui aussi vendredi que la Syrie ne pourrait retrouver la stabilité tant que Bachar al Assad serait au pouvoir. "Je pense qu'Assad devra partir pour que le pays arrête de faire couler le sang et que toutes les parties puissent avancer sur la voie d'une solution non confessionnelle. Il a perdu toute légitimité."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.