Syrie : deux attentats suicides de l’Etat Islamique à Kobané

La ville kurde syrienne de Kobané est visée ce jeudi par une percée du groupe Etat Islamique (EI), quatre mois après sa dernière attaque. Les premiers bilans dénombrent 12 morts et 70 blessés. Au nord-est du pays, le groupe s’est aussi emparé de deux quartiers d’Hassaké.

(La ville de Kobané a subi une nouvelle offensive ce jeudi, 5 mois après le départ des djihadistes de la ville © REUTERS|Yannis Behrakis)

Les derniers revers de l’Etat Islamique n’ont pas démoralisé les djihadistes de Daech. Ce jeudi, ils ont lancé une attaque simultanée sur plusieurs villes du pays. A Kobané, deux attentats suicides ont secoué la ville ce matin, dont l'un proche du poste-frontière turc. C’est dans cette ville kurde que les djihadistes de Daech ont subi l’une de leur plus grosse défaite, en janvier dernier. Les rebelles seraient une centaine. Ils viendraient depuis Raqa déguisés en civil pour réussir cette incursion. Le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane précise que "des combats intenses ont ensuite éclaté dans trois zones de la ville, il y a des corps dans les rues." 12 personnes ont été tuées.

Des attaques à Hassaké et Derra 

Kobané n'est pas la seule ville convoitée par Daech. Après plusieurs semaines de combats, les djihadistes ont gagné le contrôle de deux quartiers à Hassaké, situé dans le nord-est du pays. C’est un attentat suicide contre un point de contrôle qui a lancé les hostilités dans la nuit de mercredi. Le quartier était auparavant occupé par les forces de Bachar Al-Assad. De violents affrontements sont toujours en cours. Au moins 20 djihadistes et 30 membres des forces du régime ont été tués.

Les rebelles, soutenus par le groupe islamiste Ahrar al-Cham, ont également mené une attaque à Deraa, dans le sud. Malmenées ces dernières semaines, les forces loyalistes ont subi des bombardements à coups de mortier et tirs d’artillerie.

Ces attaques interviennent après une série de revers de l’EI, notamment face aux forces kurdes dans la province de Raqa au nord. Tall Abayd, ville majeure qui permettait au groupe d’acheminer des armes et forces depuis le Turquie, avait aussi été perdue.