Retour de reportage : dans les rues de Kobané, ville libérée mais détruite

Nouvel épisode de notre série "Retour de reportage". Etienne Monin, grand reporter à France Info, s'est rendu les 28 et 29 janvier dans la ville syrienne de Kobané libérée de l'emprise de l'organisation terroriste Daech par les forces kurdes. Voitures piégées éventrées, obus dans les rues, quartiers détruits..., il a pu se rendre compte de l'état de la ville après quatre mois de guerre.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

La ville kurde de Kobané, située en Syrie à la frontière turque était, aux deux tiers, entre les mains des djihadistes de Daech depuis l'automne dernier. Les forces kurdes les ont chassés de la ville pour en reprendre le contrôle le 26 janvier. Une ville libérée mais totalement détruite comme a pu s'en rendre compte l'envoyé spécial de France Info, Etienne Monin. Il a été l'un des premiers journalistes, avec Omar Ouahmane, correspondant de Radio France à Beyrouth, à entrer, les 28 et 29 janvier, dans les rues de ce symbole de résistance au djihadisme.

Etienne Monin raconte comment il a pu se rendre à Kobané, notamment grâce à l'ouverture de la frontière par les Turcs, et sa première vision de la ville qui a subi quatre mois de guerre. Une ville détruite des frappes aériennes et des obus artisanaux. Ces derniers sont d'ailleurs encore visibles. "On voit l'état des voitures piégées, il y en a une quarantaine qui ont explosé d'après les sources officielles sur place. Et on voit encore d'autres qui n'ont pas explosé avec des centaines de kilos d'explosifs derrière. On voit aussi les corps des djihadistes qui sont encore sur place ", raconte Etienne Monin.

 Les reportages d'Etienne Monin et Omar Ouahmane

Kobané libérée, les premières images de nos reporters

Kobané, une ville libérée mais en ruines

Kobané : les habitations sont "aplaties et pulvérisées", raconte notre reporter