La France n'a pas changé d'avis et exclut toujours d'accorder l'asile à Edward Snowden

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a estimé jeudi qu'il n'était toujours "pas opportun" d'accorder l'asile au lanceur d'alerte américain. 

Edward Snowden lors d\'une vidéo-conférence à Berlin, l\'occasion du lancement de ses Mémoires, \"Permanent Record\", le 17 septembre 2019. 
Edward Snowden lors d'une vidéo-conférence à Berlin, l'occasion du lancement de ses Mémoires, "Permanent Record", le 17 septembre 2019.  (JORG CARSTENSEN / DPA / AFP)

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré jeudi 19 septembre que la France n'avait pour l'instant pas l'intention d'accorder l'asile au lanceur d'alerte américain Edward Snowden. Ce dernier en avait fait la demande, ainsi qu'à d'autres pays, en 2013, après avoir dénoncé le système de surveillance massive des services secrets américains. 

"A ce moment-là, la France avait estimé que ce n'était pas opportun, a déclaré Jean-Yves Le Drian sur CNews. Je ne vois pas aujourd'hui ce qui a changé ni d'un point de vue politique ni d'un point de vue juridique", a ajouté le chef de la diplomatie françaiseRéfugié en Russie, l'ancien agent de la CIA et consultant de l'Agence de la sécurité nationale américaine (NSA) a déclaré lundi qu'il "aimerait beaucoup" qu'Emmanuel Macron lui accorde le droit d'asile.

L'Elysée n'a toujours pas dit un mot

Aux Etats-Unis, Edward Snowden est inculpé d'espionnage et de vol de documents appartenant à l'État. Il risque trente ans de prison. Son permis de séjour en Russie, prolongé en 2017, court jusqu'en 2020.

La demande d'asile du lanceur d'alerte relève de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). L'Elysée ne s'est pas prononcé sur la question, mais la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, s'est dite favorable à ce que la France accorde l’asile politique à Edward Snowden. L'eurodéputée LREM Nathalie Loiseau a appuyé cette position, louant "quelqu'un qui a rendu service à l'humanité, quelqu'un qui nous a montré, preuves à l'appui, qu'il y avait un système de surveillance extraordinairement vaste."