Le sommet entre Biden et Poutine sonne "la fin d'une dégradation des relations entre Moscou et Washington", estime Pascal Boniface

Le directeur de l'Institut des relations internationales stratégiques (Iris) voit dans ce sommet la fin de la dégradation des relations entre Moscou et Washington.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le président russe Vladimir Poutine et le président américain Joe Biden échangeant une poignée de main à Génève, première réunion de ce type depuis 2018. (EYEPRESS NEWS)

"On a limité la casse", estime le directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) Pascal Boniface ce mercredi 16 juin sur franceinfo après le premier sommet entre le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine à Genève. Il estime également que les deux présidents sortent "gagnants l'un et l'autre" de cette rencontre.

Peut-on parler d’un nouveau départ dans les relations entre les Etats-Unis et la Russie ?

C'est la fin d'une dégradation des relations entre Moscou et Washington. Et sans que ce soit un nouveau départ avec une ère de coopération, on a limité la casse et l'on prend cette période d'apaisement entre les deux capitales, entre les deux chefs d'Etat qui ne s’étaient pas épargnés dans la période précédente, et qui ont décidé finalement de se mettre d'accord sur leurs désaccords et de sortir gagnants l'un et l'autre de cet épisode diplomatique.

Quelle différence fondamentale y a-t-il avec les relations qu’avait Vladimir Poutine avec Donald Trump ?

Donald Trump était très admiratif de Vladimir Poutine. Il lui faisait confiance. Il avait dit que Poutine lui plaisait. Sauf que, y compris pendant la période où Donald Trump était président, il y a eu plus de sanctions contre la Russie. Donc certes, il y avait un tropisme personnel de Donald Trump au sujet duquel certaines personnes s'interrogeaient : "Est ce qu'il y aurait des secrets sur Trump que Poutine aurait eu ?" Mais les bonnes dispositions et l'entropie n'ont pas changé la politique américaine. Et donc là, le fait que Biden ait une perception beaucoup plus négative de Poutine n'empêche pas de collaborer parce que Biden sait qu'il doit gérer quand même les États-Unis et que ce pays a besoin d'une coopération avec la Russie sur certains points, notamment sur la cybercriminalité et l'espace cyber.

Vous dites que les deux présidents sortent gagnants de ce premier sommet. Pour quelles raisons ?

Parce que Poutine parle sur un pied d'égalité avec le président américain, alors que la Russie n'a pas du tout la puissance des Etats-Unis. Et donc, Poutine recrée un peu le décorum dans lequel Moscou et Washington se parlaient d'égal à égal, ce qui n'est plus le cas. Et Biden quant à lui termine un marathon diplomatique, une sorte de Grand Chelem en quatre épisodes avec quatre levées : sommet du G7, Sommet Etats-Unis-Union européenne, sommet de l’OTAN et puis un dialogue bilatéral avec Poutine, au cours duquel il pourra dire qu'il n'a pas eu peur de dresser la question des droits de l'homme devant Poutine. Ce que Trump n'a jamais fait. Et pour Biden, faire la différence avec Donald Trump est toujours intéressant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vladimir Poutine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.