La Russie abandonne les poursuites contre le journaliste d'investigation Ivan Golounov

Sous la pression de la société civile, les autorités russes ont disculpé mardi le reporter indépendant, accusé jusqu'ici de trafic de drogue. Il dénonçait une affaire montée de toutes pièces pour gêner ses enquêtes.

Le journaliste d\'investigation Ivan Golunov, à Moscou le 8 juin 2019.
Le journaliste d'investigation Ivan Golunov, à Moscou le 8 juin 2019. (VASILY MAXIMOV / AFP)

C'est un recul rarissime opéré par la justice russe. Le journaliste Ivan Golounov a été disculpé mardi 11 juin, des accusations de trafic de drogue qui pesaient sur lui. Ce journaliste d'investigation de 36 ans avait été arrêté jeudi dans le centre de Moscou, en possession de près de 4 grammes de méphédrone, une drogue de synthèse, trouvés dans son sac à dos. Le reporter avait immédiatement dénoncé une affaire montée de toutes pièces pour gêner ses enquêtes. Ivan Golounov est en effet réputé pour ses enquêtes sur la corruption à la mairie de Moscou ou les malversations entourant des secteurs opaques comme les microcrédits ou les pompes funèbres. 

"Golounov sera libéré aujourd'hui [mardi] de son assignation à résidence et les accusations sont abandonnées", a annoncé dans un communiqué le ministre de l'Intérieur Vladimir Kolokoltsev. La justice russe devra désormais évaluer "la légalité des actions des policiers qui ont interpellé", a-t-il ajouté. De son côté, le Kremlin a dit "suivre attentivement" l'enquête et reconnu lundi que l'affaire posait "beaucoup de questions", sans pour autant aller jusqu'à blâmer le système judiciaire.

Vague de mobilisation 

L'affaire Golounov a provoqué une onde de solidarité rare dans la société russe, les soutiens s'accumulant de le part des journaux indépendants jusqu'aux médias d'Etat, aux artistes et même à certains hauts responsables politiques. Lundi,trois quotidiens russes avaient ainsi publié une couverture commune en soutien au journaliste. "Je suis, nous sommes Ivan Golounov", proclamait cette une publiée par les influents Kommersant, Vedomosti et RBK.