Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Le "kompromat", ce chantage à la sextape utilisé par le pouvoir russe pour museler l'opposition

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Envoyé spécial. Le "kompromat", ce chantage à la sextape utilisé par le pouvoir russe pour museler l'opposition
Article rédigé par
France Télévisions

Le "dossier compromettant" est une vieille technique du KGB, ressuscitée par le pouvoir de Vladimir Poutine. A la veille d'élections importantes en Russie, une cadre d'un parti d'opposition s'est ainsi retrouvée vedette malgré elle d'une sextape diffusée devant des millions de téléspectateurs. Elle avait témoigné pour "Envoyé spécial".

Piratage, vengeance, coup bas politique ? Comment les vidéos intimes de Benjamin Griveaux se sont-elles retrouvées diffusées sur les réseaux sociaux ? Cette divulgation de documents à caractère sexuel est une pratique courante dans d’autres pays, en particulier en Russie, où elle s'appelle le "kompromat". C'est une vieille technique héritée du KGB soviétique, remise à l'honneur par les services de Vladimir Poutine. Le plus souvent, il s'agit d'une sextape tournée en caméra cachée pour salir une personnalité de l'opposition.

La plupart des victimes d'un kompromat préfèrent se taire. Natalia Pelevina, elle, a choisi de témoigner. La jeune femme était l'assistante d'un ancien bras droit de Vladimir Poutine devenu leader d'un parti d'opposition, Mikhaïl Kassianov. En vue des élections législatives de 2016, Parnas (le parti de Boris Nemtsov, assassiné en 2015), avait enfin réussi à conclure une alliance avec une autre formation défavorable à Poutine. 

"La vérité nue sur les leaders de l'opposition"

Le 1er avril 2016 réserve à Natalia Pelevina une surprise très désagréable : ses ébats avec Kassianov, filmés en caméra cachée, diffusés à la télévision en prime time, devant 10 millions de téléspectateurs. "La vérité nue sur les leaders de l'opposition", trompette la chaîne NTV, proche du pouvoir. Avec un commentaire à l'avenant : "A en juger par ces images, l'assistante de Kassianov ne fait pas que l'assister." 

Des mois plus tard, Natalia Pelevina est toujours sous le choc : "C'est comme si tout s'était écroulé autour de moi. C'était presque un tremblement de terre. Emotionnellement, j'ai été détruite." Sur le plan politique, le scandale a fait exploser la coalition démocratique, ruinant les chances de l'opposition aux élections. 

Extrait de "Kompromat : sexe, chantage et vidéo", une enquête à voir dans "Envoyé spécial" le 20 février 2020.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.