Cet article date de plus de deux ans.

Un homme arrêté en Norvège pour espionnage au profit de la Russie

Le suspect a été interpellé à la sortie d'un restaurant où il venait de rencontrer un officier des services de renseignements russes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un mirador norvégien à Pasvik, près de la frontière avec la Russie, le 23 octobre 2019. (MAXIM SHEMETOV / REUTERS)

Les services de renseignements norvégiens (PST) ont annoncé, lundi 17 août, avoir arrêté un Norvégien suspecté d'être un espion travaillant pour la Russie. "L'homme est formellement soupçonné d'avoir fourni à un Etat étranger des informations qui peuvent nuire aux intérêts fondamentaux de la nation", a indiqué le PST. Une responsable a ensuite précisé que cette puissance étrangère était la Russie. "La personne arrêtée a eu des rencontres avec un officier des services de renseignements russes", a déclaré Line Nyvoll Nygaard à la chaîne TV2 Nyhetskanalen.

Contacté par l'AFP, le PST s'est refusé à tout commentaire sur l'identité du suspect. De son côté, l'organisme de certification DNV GL a confirmé qu'il s'agissait de l'un de ses employés. "Le suspect (...) a via sa position eu accès à des informations qui, à nos yeux, peuvent être d'un grand intérêt (...) pour d'autres pays et d'autres acteurs", a précisé Line Nyvoll Nygaard.

Il risque 15 ans de prison

Arrêté samedi dans un restaurant d'Oslo après avoir, selon PST, rencontré l'officier russe, le suspect âgé d'une cinquantaine d'années a comparu lundi devant un juge en vue d'une mise en détention provisoire. Selon son avocate, il nie les faits qui sont passibles d'une peine de 15 ans de prison dans le pays scandinave. L'ambassade de Russie à Oslo n'a pas fait de commentaire.

Dans son rapport annuel d'évaluation des risques publié en février, le PST avait mis en garde contre les risques d'espionnage planant sur différents secteurs de la société norvégienne (pouvoir politique, milieux économiques, défense, recherche...), en désignant plus particulièrement la Russie, la Chine et l'Iran. Au cours de ces dernières décennies, plusieurs affaires d'espionnage ont émaillé les relations entre la Norvège (membre de l'Otan) et la Russie qui partagent une frontière commune dans le cercle arctique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Russie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.