Les Pussy Riot défient Vladimir Poutine depuis New York

A deux jours de l'ouverture des JO de Sotchi, les deux militantes concluent aux Etats-Unis une tournée internationale contre le président russe.

Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova, membres du groupe contestataire russe Pussy Riot, s\'expriment dans les bureaux d\'Amnesty International à New York (Etats-Unis), le 4 février 2014.
Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova, membres du groupe contestataire russe Pussy Riot, s'expriment dans les bureaux d'Amnesty International à New York (Etats-Unis), le 4 février 2014. (SHANNON STAPLETON / REUTERS)

"Vous n'en avez pas marre ?" Deux membres du groupe punk russe contestataire Pussy Riot, engagées dans une tournée internationale contre Vladimir Poutine, ont interpellé, mardi 4 février, le président russe depuis New York, où elles doivent partager mercredi la scène avec Madonna.

Libérées après 21 mois de détention pour une "prière punk" dans une cathédrale de Moscou, Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova se sont exprimées au nom des femmes, des homosexuels et des prisonniers dont les droits, dénoncent-elles, sont bafoués par le régime de Vladimir Poutine. Elles ont également appelé à davantage de transparence politique.

Dernière étape de leur tournée internationale

A l'occasion de l'ouverture vendredi des Jeux olympiques de Sotchi, en Russie, les deux femmes ont à nouveau appelé les touristes à ne pas oublier les problèmes de la Russie derrière les festivités. "Nous souhaitons que les Américains regardent vraiment la Russie, et la voient au-delà des images véhiculées par les Jeux", a asséné Maria Alekhina.

Les militantes doivent conclure leur tournée internationale mercredi lors d'un concert organisé par Amnesty International à Brooklyn, où Madonna présentera "ses deux camarades de lutte pour la liberté, Nadia et Macha". Elles ne chanteront pas, mais liront un texte sur la défense des droits de l'homme.