Ce que l'on sait de l'explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg en Russie

Au moins quatorze personnes sont mortes dans l'explosion survenue dans le métro de Saint-Pétersbourg, lundi.

Des services de secours après une explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg (Russie), le 3 avril 2017.
Des services de secours après une explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg (Russie), le 3 avril 2017. (OLGA MALTSEVA / AFP)

Au moins quatorze personnes ont été tuées et plusieurs dizaines d'autres blessées, lundi 3 avril, dans une explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg (Russie), ont annoncé les autorités russes. Toutes les stations du métro ont été fermées. Franceinfo revient sur ce que l'on sait de cette explosion.

>> Suivez l'évolution de la situation dans notre direct

Que s'est-il passé ?

Une explosion s'est produite, à 14h40 heure locale, 13h40 heure de Paris, dans une rame du métro de Saint-Pétersbourg. Le wagon se trouvait entre deux stations d'une ligne très fréquentée qui traverse le centre de la deuxième ville de Russie, Sennaïa Plochiad et Tekhnologuitcheski Institout. Cette explosion a fait neuf morts et vingt blessés, selon un bilan communiqué par la Commission nationale antiterroriste russe.

Les premières images diffusées sur les réseaux sociaux et par les télévisions russes montrent une rame de métro soufflée par une explosion, de nombreux voyageurs tentant de sortir des victimes des décombres.

"J'étais dans le métro (...) A la station Tekhnologuitcheski Institout, le train s'est arrêté mais les portes ne se sont pas ouvertes. Par la fenêtre, j'ai vu quatre cadavres", a déclaré à l'AFP un retraité, Viatcheslav Vesselov.

"Je n'étais pas à l'intérieur mais j'ai vu les gens sortir, ils semblaient sous le choc, beaucoup se tenaient la tête. Les secours d'urgence les ont très vite pris en charge", raconte Galina Stepanova, témoin, à l'AFP. Deux hélicoptères des premiers secours médicaux se sont posés sur la place la plus proche de la station du métro, avant de redécoller aussitôt.

Quelles ont été les mesures prises ?

"A 15h40 heure locale, 14h40 heure de Paris, toutes les stations du métro de Saint-Pétersbourg étaient fermées" pour l'entrée et la sortie des passagers, a indiqué le service de presse du métro dans un communiqué, cité par l'agence Interfax.

Plusieurs artères de Saint-Pétersbourg ont aussi été fermées pour laisser passer des ambulances, selon une journaliste de l'AFP sur place. "Tu ne peux pas commander de taxis, tout est réservé, il y a des embouteillages partout", a raconté Vera, une habitante de la ville à franceinfo.

En parallèle, le métro de Moscou et l'aéroport Poulkovo de Saint-Pétersbourg ont annoncé un renforcement de leurs mesures de sécurité.

Quels sont les premiers éléments de l'enquête ?

"Nous étudions toujours toutes les éventualités : accidentelle, criminelle et avant tout une action à caractère terroriste", a déclaré le président russe Vladimir Poutine, qui se trouvait à Saint-Pétersbourg pour une rencontre avec des journalistes russes.

Des enquêteurs sont allés sur place pour déterminer les premiers éléments, a annoncé le parquet de Saint-Pétersbourg dans un communiqué. Le Comité d'enquête russe, chargé des grandes affaires criminelles, a pour sa part annoncé l'ouverture d'une enquête pour "acte terroriste".

L'engin explosif était artisanal et de faible puissance, selon une source au sein des forces de l'ordre citée par Ria Novosti. Par ailleurs, une deuxième bombe a été retrouvée. "Dans la station de métro Plochad Vosstaniïa, une bombe artisanale a été découverte et désamorcée à temps", a déclaré dans un communiqué le comité cité par les agences russes

Quelles sont les réactions ?

Le président russe Vladimir Poutine a présenté "ses condoléances" aux victimes lors d'une courte intervention télévisée. Par ailleurs, le Kremlin a tweeté que "toutes les mesures allaient être prises pour fournir de l'assistance aux personnes touchées par l'explosion de Saint-Pétersbourg."

Le chef de l'Etat François Hollande et le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault ont exprimé leur "solidarité" avec la Russie.

"Horrible, cela arrive dans le monde entier, c'est une chose absolument horrible", a dénoncé le président des Etats-Unis Donald Trump.

Le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni s'est dit "horrifié" par cette explosion et a présenté ses condoléances aux victimes et à leurs familles.

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a également adressé "ses pensées" au peuple de Russie.