Cet article date de plus de cinq ans.

Explosion dans le métro à Saint-Pétersbourg : "Un cauchemar devenu réalité" selon une habitante

Vera, enseignante à l'université de Saint-Pétersbourg (Russie), Julia, manager dans un restaurant situé à proximité de la station de métro où a explosé une bombe, et Geoffrey, étudiant français, ont témoigné, lundi sur franceinfo, du sentiment de panique qui règne dans la ville.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une explosion s'est produite dans le métro de Saint-Pétersbourg, en Russie, le 3 avril 2017. (VISACTU)

Après l'explosion mortelle dans le métro de Saint-Pétersbourg en Russie, lundi 3 avril, Vera, professeur à l'université de Saint-Pétersbourg, a témoigné, lundi après-midi sur franceinfo. Elle parle d'"un cauchemar devenu réalité" dans "la ville de naissance du président, Vladimir Poutine".

>>>> Suivre en direct l'évolution de la situation

"Tout le métro et l'aéroport sont bloqués. On a eu peur qu'il puisse y avoir d'autres explosions. Tu ne peux pas commander de taxis, tout est réservé, il y a des embouteillages partout", a raconté Vera. Cette dernière a ajouté : "Tout le monde se téléphone. J'ai des appels de tous mes amis pour demander si tout va bien. C'est la première fois que Saint-Pétersbourg est frappé comme ça. Notre cauchemar est devenu la réalité. C'est la peur partout."

Le président russe, Vladimir Poutine, était en déplacement dans la ville au moment de l'explosion. Ce concours de circonstances a choqué Vera. L'enseignante se demande si "c'est une coïncidence". En tout cas, "le centre de la ville était plein, il y avait énormément de monde et parmi les blessés, il y a des enfants, c'est terrible", a conclu Vera.

"C'est la première fois que Saint-Pétersbourg est frappé comme ça" témoigne Vera au micro de Mathilde Lemaire pour franceinfo
écouter

Julia, manager dans un restaurant situé à proximité de la station, a raconté, lundi sur franceinfo, que tout le monde est "sous le choc". Son restaurant est situé "dans l'hyper-centre de la ville". Vers 15 heures, elle aperçoit "plein de véhicules de secours, d'ambulances, mais on a très peu d'informations sur la situation", a précisé Julia.

Personne ne s'attendait à cette tragédie

Julia
manager dans un restaurant à proximité de l'explosion

à franceinfo

La manager n'a que peu de détails, mais "on a reçu des messages nous indiquant que le métro est fermé jusqu'à nouvel ordre, la circulation est aussi très compliquée dans le centre." Julia fréquente quotidiennement cette station de métro. "Il y a toujours beaucoup d'affluence parce qu'elle est connectée à trois autres lignes", a rapporté Julia.

"On a reçu des messages nous indiquant que le métro est fermé jusqu'à nouvel ordre", Julia
écouter

Geoffrey Jouanno, étudiant à Sciences Po Aix, passe une année d'Erasmus à Saint-Pétersbourg. Il a témoigné, lundi sur franceinfo, après l'attentat dans le métro de la deuxième ville russe. Le jeune homme était à la station de Sennaya 10 minutes avant l'explosion. Il s'est réfugié dans un café du centre-ville. Il y avait "sept à huit personnes qui m'entourent. Elles sont accrochées à leur téléphone en train d'essayer de prendre des nouvelles. Les salariés sont aussi en train d'écouter la radio, pour avoir le dernier bilan et connaître les risques".

On ne s'attendait pas un attentat de ce genre

Geoffrey Jouanno
étudiant français

à franceinfo

À Saint-Pétersbourg, "c'est un climat d'incompréhension". Les habitants s'interrogent : "Qui a pu réaliser ce geste ? Tout le monde a en tête les attentats. C'est une station assez centrale et la personne qui a cherché à créer cette explosion savait que ça pourrait créer des mouvements de foule donc ce choix n'est pas anodin", raconte-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Russie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.