Royaume-Uni : une infirmière inculpée des meurtres de huit bébés comparaît devant la justice

Les faits qui lui sont reprochés couvrent une période allant de juin 2015 à juin 2016 et concernent des enfants âgés de moins d'un an.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'hôpital de Chester, dans le nord-ouest de l'Angleterre, le 5 juillet 2018.  (LINDSEY PARNABY / AFP)

Une infirmière britannique accusée des meurtres de huit bébés et de tentatives de meurtres sur dix autres dans un hôpital de Chester (nord-ouest de l'Angleterre) a comparu devant la justice jeudi 12 novembre, lors d'une audience préliminaire.

Lucy Letby, 30 ans, avait été arrêtée mardi 10 novembre puis inculpée, avait annoncé la police locale mercredi soir. C'est la troisième fois que Lucy Letby est arrêtée dans le cadre de cette enquête sur des décès de nourrissons dans une unité néonatale de l'hôpital Countess of Chester. Les faits qui lui sont reprochés couvrent une période allant de juin 2015 à juin 2016 et concernent des enfants âgés de moins d'un an.

En détention provisoire

L'infirmière a comparu par vidéoconférence lors de l'audience préliminaire au tribunal de Warrington Magistrates, qui n'a duré qu'une dizaine de minutes. Elle ne s'est exprimée que pour confirmer son nom, sa date de naissance et son adresse.

La représentante du parquet, Pascale Jones, a déclaré lors de l'audience qu'il y avait des "motifs sérieux" justifiant son maintien en détention provisoire "pour sa propre sécurité". Le juge l'a maintenue en détention provisoire jusqu'à une prochaine audience au tribunal de Chester, vendredi 12 novembre.

La jeune femme avait déjà été arrêtée sans suite par la police en 2018 et 2019. Une enquête avait été initialement lancée en mai 2017 sur la mort de 15 bébés entre juin 2015 et juin 2016, puis élargie à de nouveaux cas.

Selon un rapport publié en juillet 2016 par le Collège royal de pédiatrie et de santé infantile (RCPCH), des consultants en pédiatrie s'étaient inquiétés depuis juin 2015 d'un nombre plus élevé que d'habitude de décès dans le service, dont plusieurs étaient qualifiés d'"inexpliqués" ou "inattendus".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.