Malouines : coopération inédite entre le Royaume-Uni et l'Argentine, 34 ans après la guerre

Après presque deux siècles de rivalité et d’affrontements, le Royaume-Uni et l’Argentine vont coopérer aux Malouines. Les deux pays ont annoncé ce mercredi des projets communs.  

L\'Argentine et le Royaume-Uni annoncent une coopération dans les îles Malouines dont la souveraineté avait provoqué une guerre en 1982
L'Argentine et le Royaume-Uni annoncent une coopération dans les îles Malouines dont la souveraineté avait provoqué une guerre en 1982 (MARCOS BRINDICCI / REUTERS / X90087)

Les îles Malouines constituent un archipel sous pavillon britannique situé dans l’Atlantique sud. Cette terre en mer est revendiquée par les Argentins depuis 1833. La situation était bloquée depuis la guerre en 1982 qui a fait plus de 900 morts. Mais depuis le printemps dernier, les échanges se sont multipliés pour aboutir ce mercredi à des projets plus concrets. La Première ministre britannique, Theresa May, a annoncé une coopération économique dans plusieurs secteurs.

Des relations commerciales renforcées

Il y aura davantage de liaisons aériennes, également des accords de pêche et de commerce et surtout, la possibilité pour les sociétés britanniques de continuer à explorer la zone autour des Malouines pour chercher du pétrole. Il s'agit d'un compromis "positif", dans le "respect mutuel", ainsi que le précise un communiqué conjoint publié mercredi par l'Argentine et le Royaume-Uni. Depuis l’arrivée au pouvoir de Mauriciau Macri, en décembre 2015, les relations entre les deux pays se sont considérablement détendues.

Une ambition personnelle sous-jacente

Les discussions sur un éventuel accord ont commencé en mai dernier, lorsque la ministre argentine des Affaires étrangères, Susana Malcorra, est venue à Londres. Ce n’est pas un hasard. En montrant aux Britanniques une attitude plus détendue de l’Argentine, Susana Malcorra espère aussi trouver des appuis personnels. Elle est candidate à la succession du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon. L’élection au poste de grand patron des Nations unies aura lieu à la fin de l’année. Et la voix du Royaume-Uni pourrait être capitale pour faire basculer le vote.