Législatives britanniques : "très déçu" après sa lourde défaite, Jeremy Corbyn va quitter la tête du parti travailliste

Selon un sondage à la sortie des urnes, le Labour ne remporterait que 202 sièges. Il paye notamment l'ambiguité de son leader sur le Brexit.

Le chef du parti travailliste, Jeremy Corbyn, le 13 décembre 2019 à Londres (Royaume-Uni).
Le chef du parti travailliste, Jeremy Corbyn, le 13 décembre 2019 à Londres (Royaume-Uni). (ISABEL INFANTES / AFP)

Il raccroche. Le chef du parti travailliste du Royaume-Uni, Jeremy Corbyn, s'est dit vendredi 13 décembre "très déçu" du résultat des élections législatives de la veille, ajoutant qu'il ne "conduira pas le parti aux prochaines élections". Il restera cependant à son poste le temps que soit menée une "réflexion sur le résultat du scrutin et sur sa future politique".

>> Résultats, réactions... Suivez les dernières informations sur les législatives britanniques dans notre direct

Le Labour a enregistré une lourde défaite, selon un sondage à la sortie des urnes, perdant des dizaines de sièges. Après dépouillement dans 624 circonscriptions sur 650, le parti de Boris Johnson avait déjà remporté 345 sièges à la Chambre des communes, s'assurant d'ores et déjà une confortable majorité absolue qui lui manquait jusqu'à présent. Les travaillistes remporteraient 202 sièges, selon ce même décompte.

Cette défaite historique laisse le Labour face au choix radical de maintenir sa ligne gauchisante, qui a attiré de nombreux jeunes dans ses rangs, ou revenir à la sociale-démocratie triomphante des années Tony Blair. Les milieux financiers voient en Jeremy Corbyn un dangereux marxiste synonyme de chaos économique. Surtout, son ambiguïté sur le Brexit lui a attiré les critiques des "brexiters" comme des "remainers".