Pagaille à aéroport de Londres-Gatwick, tous les vols suspendus après l'apparition de drones au-dessus des pistes

Situé au sud de la capitale britannique, l'aéroport de Gatwick a été fermé dans la nuit de mercredi à jeudi, après avoir été survolé par deux drones. 

Des passagers attendent dans le terminal Nord de l\'aéroport de Gatwick, près de Londres (Royaume-Uni) alors que les vols sont suspendus, le 20 décembre 2018.
Des passagers attendent dans le terminal Nord de l'aéroport de Gatwick, près de Londres (Royaume-Uni) alors que les vols sont suspendus, le 20 décembre 2018. (GLYN KIRK / AFP)

L'aéroport international de Gatwick, près de Londres, est plongé dans le chaos, jeudi 20 décembre. Un ou deux drones ont été vus survolant les pistes, ce qui a entraîné la suspension totale du trafic, a indiqué la direction de l'aéroport. Cet "acte délibéré", selon la police, a cloué au sol de nombreux passagers, et des dizaines de vols ont été déroutés vers d'autres aéroports. Le retour à la normale pourrait prendre "plusieurs jours", a prévenu le directeur général de l'aéroport sur la BBC.

Que s'est-il passé ?

"Après le signalement de deux drones survolant l'aéroport de Gatwick, nous avons dû suspendre les vols le temps d'enquêter, a d'abord expliqué la direction de l'aéroport mercredi soir. Jeudi, son directeur général Chris Woodroofe a finalement nuancé : "Nous pensons qu'il y a seulement un à deux drones".

Les vols ont d'abord dû être suspendus de "21h03 à 3h01" (heure locale), mais l'aéroport a publié un nouveau communiqué à 4h40 précisant que "d'autres observations de drones dans les environs de l'aéroport ont contraint [la direction] à fermer les pistes à nouveau à 3h45", afin de permettre à la police "d'enquêter" sur ces survols.

A 9h15, jeudi matin, l'aéroport signalait sur son compte Twitter "une activité de drone en cours". A la mi-journée, le directeur général de l'aéroport, Chris Woodroofe, expliquait à la BBC qu'il y avait eu "un autre signalement de drone dans l'heure écoulée". "Je ne peux pas vous dire à quelle heure nous rouvrirons", a-t-il expliqué, estimant que les opérations pour retrouver l'origine de cette perturbation pourraient prendre "plusieurs jours".

Comment les enquêteurs traquent-ils ces drones ?

La police recherche activement le ou les opérateurs des drones et un hélicoptère survole la zone. La police du Sussex, citée par le Telegraph, explique que les drones disparaissent à chaque fois qu'elle essaie de les approcher et réapparaissent à chaque tentative de rouvrir les pistes. Dans l'après-midi, l'armée a été sollicitée pour aider aux recherches, à l'aide d'un "équipement spécialisé".

En revanche, l'idée de tirer sur les drones est écartée. "La police nous dit qu'il serait dangereux de vouloir abattre le drone, en raison du risque de balles perdues", a expliqué Chris Woodroofe, le directeur général de l'aéroport.

"Nous pensons qu'il s'agit d'un acte délibéré pour perturber l'aéroport", a estimé un des responsables de la police jeudi matin, assurant qu'il n'y avait cependant "aucune indication qui suggère un lien avec le terrorisme".

Selon la loi britannique, les drones ne doivent pas être utilisés près d'avions ou d'aéroports et ils ne doivent pas dépasser l'altitude de 400 pieds (122 mètres).

Quelles sont les conséquences sur le trafic ?

Tous les vols à l'arrivée et au départ de Gatwick restaient suspendus à 11h45, jeudi, heure du dernier message de l'aéroport sur TwitterLes vols à destination de cet aéroport ont été déroutés vers d'autres villes britanniques et les passagers qui attendaient de décoller ont subi de longs retards.

L'aéroport conseille aux voyageurs "de ne pas se rendre" sur place et "de vérifier le statut de [leur] vol auprès de [leur] compagnie""Nous nous excusons auprès des passagers concernés par ce désagrément, mais la sécurité de nos passagers est notre priorité", a également justifié la direction.

Selon un porte-parole de l'aéroport, 760 vols au départ ou à l'arrivée de Gatwick étaient programmés jeudi et devaient transporter 110 000 passagers. La fermeture avait déjà affecté 10 000 passagers mercredi soir, dont 6 000 ont été déroutés vers d'autres aéroports.

Situé au sud de Londres, Gatwick est le huitième aéroport le plus fréquenté d'Europe et le deuxième du Royaume-Uni après Heathrow, également situé à Londres.

Quelles sont les réactions ?

"Je compatis pour tous les passagers dont les projets de voyage ont été perturbés (...) A cette période de l'année, c'est particulièrement difficile", a déclaré la première ministre, Theresa May, lors d'une conférence de presse.

Sur place, des files de passagers en quête d'informations s'étendaient sur plusieurs centaines de mètres, a constaté un journaliste de l'AFP. D'autres se sont plaints d'être restés bloqués plusieurs heures dans leur avion.

Sur les réseaux sociaux, jeudi, des passagers exprimaient leur désarroi face à l'annulation ou au changement de destination de leurs vols, qui a laissé certains d'entre eux bloqués dans des aéroports parisiens.