Cet article date de plus de six ans.

Manchester : le "choc traumatique" d'un attentat entraîne des "séquelles neurologiques"

La psychiatre Muriel Salmona est intervenue mardi sur franceinfo, au lendemain de l'attentat terroriste de Manchester, pour expliquer les conséquences psychologiques d'un tel événement sur les victimes. 

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Deux soeurs se prennent dans les bras devant l'Arena Stadium de Manchester, en Angleterre, le 23 mai 2017.  (LINDSEY PARNABY / ANADOLU AGENCY)

Les victimes d'un attentat terroriste comme celui de Manchester sont dans "un véritable état de choc traumatique" qui n'est "pas seulement psychologique" mais "peut provoquer de vraies blessures au niveau du cerveau, entraînant des séquelles neurologiques", a déclaré mardi 23 mai la psychiatre Muriel Salmona, fondatrice de l'association Mémoire traumatique et victimologie.

Selon elle, "il est indispensable de réanimer ces personnes" par "des soins médico-psychologiques, car les victimes sont dans un état de sidération et de dissociation". Elle a décrit cette situation comme "une hémorragie psychique".

franceinfo : Dans quel état se trouvent les survivants d'une attaque comme celle de Manchester, quelques heures après l'événement ?

Muriel Salmona : C'est un véritable état de choc traumatique. Les personnes vont avoir besoin de soutien, d'accompagnement, de soin, surtout pour les plus jeunes. Souvent, cela se matérialise par un état de sidération et de dissociation. La personne est déconnectée de ses émotions et en incapacité de penser la situation pendant plusieurs heures ou plusieurs jours. C'est le cerveau qui, pour échapper à un stress extrême, fait disjoncter tous les circuits émotionnels, un peu comme une hémorragie psychique. Il est indispensable de réanimer ces personnes, c'est le travail des cellules d'urgence médico-psychologique. Il faut notamment prendre soin de certaines personnes qui semblent assez détachées de l'événement, ce qui peut être le signe d'un état de choc traumatique très important.

Un choc traumatique peut provoquer de vraies blessures au niveau du cerveau, entraînant des séquelles neurologiques.

Muriel Salmona, psychiatre

à franceinfo

Peut-on revivre un événement traumatique pendant des années ?

Oui, le moindre bruit ou stress, la moindre situation imprévue, mais aussi un cri ou une musique qui rappelle l'événement peuvent provoquer des réactions très importantes. Il y a un risque sur la santé mentale et physique, des troubles du sommeil, des cauchemars. Le fait d'intervenir le plus tôt possible permet d'éviter la mémoire traumatique. Il faut des soins pour éviter la mise en place d'une mémoire traumatique, qui peut les impacter de nombreuses années et qui n'est pas seulement psychologique. 

Se retrouver, rendre hommage, est-il aussi une thérapie collective pour ceux qui n'étaient pas présents lors de l'attaque ?

La solidarité est essentielle. Il faut remettre de l'humain, car il y a une telle volonté de terroriser et de détruire, qu'on s'y oppose de cette façon. Par ailleurs, ça ne remplace pas une prise en charge et un traitement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.