Cet article date de plus de six ans.

Explosion à Manchester : dans ce type de situation, les blessures sont liées "au souffle de l’explosion"

Après l'explosion entendue vers 22h30 heure anglaise à la salle de concert du Manchester Arena, le bilan provisoire fait état d'au moins 19 morts et près de 50 blessés. Selon Philippe Juvin, chef des urgences à l’hôpital Pompidou à Paris, les blessures, dans ces situations, sont liées "au souffle de l’explosion" et aux "objets" présents dans la salle.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des spectateurs du concert d'Ariana Grande à Manchester après l'explosion, mardi 23 mai. (PAUL ELLIS / AFP)

Au moins 19 personnes ont été tuées et environ 50 blessées lundi 22 mai à Manchester, dans l'Ouest de l'Angleterre, après qu'une explosion a été entendue vers 22h30 heure anglaise (23h30 en France) au Manchester Arena, la salle de concert du centre-ville, a indiqué la police de Manchester dans un communiqué mardi matin. L'explosion a été entendue "à la fin du concert de la chanteuse Ariana Grande", indique la police de Manchester.

>>> DIRECT. Suivez les développements de l'enquête et les réactions

"Dans ce type de crise, des plans speciaux, comme le plan NOVI (nombreuses victimes), sont activés" a souligné Philippe Juvin, médecin, chef des urgences à l’hôpital Pompidou à Paris, sur franceinfo. Lorsque proviennent ce type d'évènement, les blessures "sont liées au souffle de l’explosion", aux "objets" présents dans la salle, mais aussi "le mouvement de panique, les victimes peuvent s’agglomérer", a-t-il expliqué.

franceinfo : Comment gère-t-on ce type de crise ?

Philippe Juvin : Cette situation de crise est gérée sur le terrain et dans les hôpitaux. En France, nous avons des plans pré-établis, qui font l’objet d’exercices fréquents, notamment le plan NOVI (nombreuses victimes), autrefois le plan rouge. Un plan d’urgence destiné à secourir le nombre important de victimes dans un même lieu, de manière à organiser les moyens de secours sur place, pour donner les premiers soins et faire le triage des patients. En Grande-Bretagne, on a des plans similaires. Il y a un second plan appelé "le plan blanc", qui consiste à mobiliser tous les hôpitaux nécessaires et à faire revenir le personnel. Dans le cas de Manchester, six hôpitaux sont mobilisés.

Quelles sont les types de blessures dans ce type d'incident ?

Elles sont liées au souffle de l’explosion, c’est ce qu’on appelle le blast, où l’effet de souffle est augmenté dans une pièce fermée. Donc dans une salle de concert, le souffle peut tuer et blesser s’il est important. Les objets qui se trouvent dans la salle, comme des morceaux de métal, peuvent tuer aussi. À cela s’ajoute, le mouvement de panique, les victimes peuvent s’agglomérer, c'est dangereux, cela peut ajouter des victimes par suffocation par exemple. Dans le cas de Manchester, il semble y en avoir eu, d'après les témoignages. D’où des normes très sévères en matière d’évacuation des lieux publics pour permettre la sortie rapide des victimes en un même endroit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.