Ce que l'on sait de l'attaque terroriste à l'arme blanche survenue à Londres

L'auteur de l'agression, qui portait un dispositif explosif factice, a été tué par la police. Il a blessé plusieurs personnes avec un couteau.

Des policiers près de London Bridge, à Londres, vendredi 29 novembre 2019.
Des policiers près de London Bridge, à Londres, vendredi 29 novembre 2019. (DANIEL SORABJI / AFP)

Deux personnes sont mortes, vendredi 29 novembre, à Londres, lors d'une attaque à l'arme blanche sur le London Bridge, considérée comme un acte "terroriste". L'auteur de l'attaque, qui portait un dispositif explosif factice, a été abattu par la police. Plusieurs civils ont tenté d'arrêter l'assaillant, qui en a blessé plusieurs au passage. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a salué "la bravoure extraordinaire des passants".

Un assaillant déjà condamné pour terrorisme

Dans la nuit de vendredi à samedi, la police britannique a donné l'identité de l'assaillant : Usman Khan, 28 ans, un ex-prisonnier condamné pour terrorisme. "Cet individu était connu des autorités, ayant été condamné en 2012 pour des infractions terroristes. Il a été remis en liberté conditionnelle en décembre 2018",a annoncé le chef de l'antiterrorisme britannique, Neil Basu.

Une attaque survenue en début d'après-midi 

La police a indiqué avoir été appelée à 13h58 (heure locale) pour une attaque à l'arme blanche près de London Bridge, un pont déjà visé par un attentat meurtrier en 2017, et une importante gare du centre de la capitale britannique. Le pont a ensuite été bouclé par la police.

"Il semblait y avoir une bagarre en cours de l'autre côté du pont, avec plusieurs hommes attaquant un homme, a raconté à la BBC un journaliste, John McManus, qui se trouvait sur place. La police est arrivée rapidement, dont des policiers en arme, et alors plusieurs coups de feu ont été tirés vers cet homme".

Les services ambulanciers de la capitale britannique ont déclaré un "incident majeur" et envoyé "plusieurs équipes sur place".

Des passants sont intervenus pour arrêter l'assaillant

Plusieurs personnes ont "pris des risques pour leur propre sécurité cet après-midi", a déclaré le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, qui a salué leur "héroïsme incroyable". "Je voudrais saluer la bravoure des Londoniens qui sont intervenus pour maîtriser l'assaillant, alors qu'ils ignoraient à ce moment-là que la veste d'explosif que portait l'attaquant était factice", a également indiqué Sadiq Khan.

Boris Johnson a lui aussi salué "la bravoure extraordinaire des passants". "C'est un symbole de ce que le pays a de meilleur", a déclaré le Premier ministre britannique.

Deux morts et trois blessés

La police britannique a annoncé, vendredi soir, que deux personnes étaient mortes lors de l'attaque en plus de l'assaillant. "C’est le cœur très lourd que je dois vous informer que, outre le suspect, qui a été abattu par la police, deux des blessés de cet attentat (...) ont tragiquement perdu la vie", a déclaré la cheffe de la police de Londres, Cressida Dick. Elle a précisé que trois personnes avaient également été blessées.

L'assaillant a été abattu par la police

Comme plusieurs autres utilisateurs de Twitter, un journaliste de la BBC a dit avoir entendu des coups de feu et vu un homme mis à terre par les forces de l'ordre alors qu'il traversait le pont. Des images circulant sur le réseau social montrent notamment des policiers armés pointer leur arme vers une personne à terre tandis que la BBC montre la police en train d'examiner un camion blanc à l'arrêt en travers des voies de circulation du pont.

"Le suspect, un homme, a été blessé par balles par les officiers armés de la police de Londres et je peux confirmer que le suspect est mort sur place", a indiqué à la presse un chef de la police antiterroriste, Neil Basu. 

"J'ai vu un homme tomber à terre, avec un couteau à côté de lui" après "plusieurs coups de feu", a raconté un homme travaillant dans des bureaux en face du pont, évaluant à une dizaine de policiers et plusieurs chiens le dispositif pour neutraliser le suspect. Un autre témoin, qui n'a pas donné son nom, a également dit avoir vu un homme "à terre avec un couteau à côté de lui, et un sac près de lui".

L'attaque a été qualifiée de "terroriste"

"Je suis maintenant en mesure de déclarer qu'il s'agit d'un acte terroriste", a confirmé Neil Basu. Le porte-parole de l'antiterrorisme britannique a également indiqué que le suspect portait un engin explosif factice attaché au corps. "Les policiers sont en train de vérifier qu'il n'y a pas d'autres dispositifs. Les cordons de sécurité vont rester en place pendant un certain temps", a-t-il conclu.

"Nous allons rester unis et déterminés face au terrorisme. Ceux qui cherchent à nous attaquer et nous diviser ne réussiront jamais", a de son côté déclaré le maire de Londres, appelant les Londoniens à la "vigilance".

Cette attaque survient deux ans après un incident terroriste au même endroit, en juin 2017, dont les auteurs portaient également de faux gilets explosifs. Une camionnette avait alors foncé dans la foule sur le London Bridge, avant que ses trois occupants ne poignardent des passants dans le Borough Market, marché très fréquenté, tuant huit personnes et en blessant une cinquantaine d'autres.

Un important dispositif policier

Après l'attaque, un important dispositif policier a été déployé, empêchant les passants de s'approcher à moins de 100 mètres du pont, où une dizaine de bus étaient complètement immobilisés, a constaté une journaliste de l'AFP.

Trois bateaux des forces de l'ordre stationnaient sous le pont et de nombreuses ambulances étaient sur les lieux, tandis que la gare et la station de métro situées à proximité, très fréquentées, ont été fermées.

"Nous travaillons aussi sans relâche pour comprendre ce qui s'est passé et si d'autres personnes sont impliquées", a déclaré la cheffe de Scotland Yard, Cressida Dick, précisant que la présence policière dans les rues serait renforcées dans les prochains jours.