Cet article date de plus de trois ans.

Londres : l'ami d'un Français disparu depuis samedi raconte l'attaque et lance un appel à témoin

Sébastien Belanger, un Français de 36 ans, a disparu depuis l'attentat de samedi 3 juin à Londres. Un de ses amis qui passait la soirée avec lui raconte et s'inquiète de sa disparition.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un avis de recherche de Sébastien Belanger sur la partie sud du London Bridge, à Londres. Cet expatrié français est porté disparu depuis l'attaque terroriste du 3 juin 2017 dans la capitale britannique. (PETER NICHOLLS / X03508)

L’attentat de Londres a fait sept morts dont un Français samedi 3 juin. Deux ressortissants français étaient toujours recherchés par les autorités, lundi. L'un d'eux, Sébastien Belanger, 36 ans, n’a pas donné de signe de vie depuis le soir de l'attaque alors qu'il se trouvait dans un bar de Borough Market, le quartier visé par les terroristes. Son ami Robin, 24 ans, a lancé un appel à témoin sur franceinfo. Il était en sa compagnie au Boro Bistro, où est décédée la victime française de l'attentat.

>>Suivez en direct l'évolution de l'enquête sur l'attentat de Londres

Au moment de l’attentat, vers 22h, heure de Londres, Sébastien et Robin prenaient un dernier verre au Boro Bistro, un restaurant tenu par un Français, après avoir regardé la finale de la Ligue des champions de football. Robin, expatrié depuis un an à Londres, a ses habitudes dans cet établissement, situé en contrebas de Borough High Street, là où les assaillants ont abandonné leur véhicule après avoir foncé sur la foule sur le London Bridge.

Robin connaissait notamment très bien le serveur Alexandre, tué par les assaillants. "Au bout d’une minute dans le bar, on a entendu cette voiture se crasher sur le rebord qui était au-dessus de nos têtes, explique Robin à franceinfo. Là, c’est devenu le chaos. Tout le monde a commencé à courir et je me suis rendu compte que des gens étaient couverts de sang." À ce moment-là, Robin a vu par terre l’un de ses amis. "Il s’appelait Alexandre et il était serveur [au Boro Bistro]. Je l’ai vu et je n’ai rien pu faire pour l’aider."

Le portrait de Sébastien Belanger, un Français de 36 ans disparu depuis l'attentat de Londres, le 3 juin 2017. (BENJAMIN ILLY / FRANCEINFO)

Presque 48 heures sans nouvelles

Robin a dû fuir "parce qu’il y avait ces fous en train de planter des gens. J’ai même forcé un autre ami à laisser une fille de notre âge qui était en train de mourir dans ses bras." Dans sa fuite, le jeune expatrié a perdu de vue Sébastien Belanger. "On a commencé à crier 'Seb, Seb !'" Mais il n’a trouvé aucune trace de son ami. 

"On ne sait pas du tout dans quel sens il est parti ni ce qu’il s’est passé, explique le jeune homme. J’ai essayé de l’appeler mais aucune nouvelle. Tous les proches de Sébastien, y compris sa compagne Gerda Bennet, le recherchent actuellement et distribuent des tracts dans les rues de Londres."

"On espère qu’il est blessé quelque part ou caché"

Robin a appelé les hôpitaux, a sollicité la police "à cinq reprises", certains agents lui ont rendu visite mais, pour l’instant, "personne n'est capable de nous apporter une réponse". "Peu importe où il est, ce qui compte et ce qu’on espère c’est qu’il soit encore en train de respirer, confie le jeune expatrié. Je ne pourrais pas dire où il pourrait être. Je me dis qu’il a peut-être eu un choc mental violent. Peut-être qu’il ne sait pas où il est, qui il est."

Robin aimerait que la police se serve des caméras de vidéo-surveillance pour suivre la trace de Sébastien Belanger pendant cette soirée au milieu des mouvements de panique. Pour l’instant, les policiers "ne veulent pas donner d’infos parce que rien n'est officiel", indique le jeune homme.

Sébastien Belanger est brun, il a les cheveux courts et une barbe de trois jours. Originaire d’Angers (Maine-et-Loire). Installé à Londres depuis sept ans, il travaille comme chef-cuisinier dans un restaurant de la City.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.