Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Syrie : la France ne peut pas "ne pas réagir", déclare Ayrault

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
ASSEMBLEE NATIONALE
Article rédigé par
France Télévisions

Le Premier ministre a ouvert le débat à l'Assemblée sur l'intervention militaire contre le régime syrien en  dénonçant le "plus massif et terrifiant usage de l'arme chimique en ce début de siècle".

Le Premier ministre a affirmé que l'attaque du 21 août près de Damas constituait "en ce début de siècle, le plus massif et le plus terrifiant usage de l'arme chimique". C'est par cette déclaration que Jean-Marc Ayrault a ouvert le débat à l'Assemblée nationale sur l'intervention militaire contre le régime syrien, mercredi 4 septembre.

Face à ce constat, le chef du gouvernement a estimé que "ne pas réagir" militairement reviendrait à "fermer la porte à un règlement politique du conflit", seul à même de déboucher sur "un départ" de Bachar Al-Assad du pouvoir. "Nous souhaitons le départ" du président syrien, a reconnu le socialiste, mais "dans le cadre d'une solution politique".

Jean-Marc Ayrault a souligné que François Hollande avait fait le choix d'une "action légitime, collective et réfléchie". Il a ajouté que la France compte notamment sur le "soutien" des pays européens et des "pays de la région, notamment au sein de la Ligue arabe".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.