Cet article date de plus de sept ans.

Syrie : pour Bachar Al-Assad, les conditions pour la paix ne sont "pas encore réunies"

Dans une interview à la télévision libanaise, le président syrien a écarté l'idée de négociations avec l'opposition, alors que les Etats-Unis et la Russie tentent d'organiser une conférence de paix.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bachar Al-Assad, le 21 octobre 2013, à la télévision libanaise. ( REUTERS)

Bachar Al-Assad ne veut pas négocier. Dans une interview diffusée lundi 21 octobre par la chaîne libanaise Al-Mayadeen, le président syrien a affirmé que les "conditions n'étaient pas encore réunies" pour des négociations avec l'opposition en vue de mettre un terme à la guerre civile qui déchire le pays depuis deux ans et demi.

Evoquant la conférence de Genève-2 voulue par la Russie et les Etats-Unis, dont l'objectif est de trouver une solution au conflit en réunissant représentants du régime et de l'opposition, le président syrien a affirmé: "Aucune date n'a été fixée, et les conditions ne sont pas encore réunies si nous voulons qu'elle réussisse".

"Ces forces représentent-elles le peuple syrien ?"

"Quelles sont les forces qui prendront part [à cette conférence] ? Quel lien ont-elles avec le peuple syrien ? Ces forces représentent-elles le peuple syrien, ou représentent-elles les Etats qui les ont inventées ?", s'est-il interrogé. "Comment ces forces peuvent-elles représenter le peuple syrien si elles vivent à l'étranger ? Elles n'osent pas venir en Syrie."

Bachar Al-Assad fait notamment allusion à la Coalition de l'opposition syrienne, qui réclame son départ. Il l'accuse d'être aux ordres de pays occidentaux et d'Etats de la région. Au passage, le président syrien a évoqué sa probable candidature à l'élection présidentielle de 2014. "Ma réponse dépend de deux facteurs : le premier est le désir personnel, et le second est la volonté du peuplePour le premier point, je ne vois pas pourquoi je ne me présenterais pas à la prochaine élection."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.