Cet article date de plus de cinq ans.

Syrie : les jihadistes de l'Etat islamique s'engagent à quitter plusieurs quartiers de Damas

Le régime de Bachar Al-Assad a conclu un accord inédit avec les occupants de trois quartiers du sud de la capitale syrienne, dont des membres de l'Etat islamique et du Front Al-Nosra.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des bus transportant des familles syriennes passent un check point, à l'entrée de Qadam, dans le sud de Damas (Syrie), le 21 août 2014. (YOUSSEF KARWASHAN / AFP)

C'est l'aboutissement de plusieurs semaines de négociations. Un accord inédit a été conclu et prévoit le départ de 4 000 personnes, samedi 26 décembre, de trois quartiers du sud de Damas, en Syrie. Parmi elles, des jihadistes de l'Etat islamique, du Front Al-Nosra et des civils, "les familles des jihadistes", précise l'agence Reuters.

Les négociations avaient débuté il y a deux mois, entre le régime de Bachar Al-Assad et des représentants des habitants des trois quartiers du sud de la capitale, qui souffrent d'une profonde dégradation des conditions de vie, causée par le siège imposé par l'armée depuis 2013.

Départ vers Raqqa ou Marea

Cette initiative concerne le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk et des quartiers voisins de Qadam et de Hajar al-Aswad. Début avril, l'Etat islamique et le Front Al-Nosra s'étaient emparés de 60% de ce camp avant de se replier sur 40% du territoire.

Ces 4 000 personnes seront transférées soit à Raqqa, "capitale" de la zone contrôlée par l'Etat islamique, soit à Marea, une localité de la province d'Alep, frontalière de la Turquie, aux mains de plusieurs groupes islamistes. "Chaque combattant sera autorisé à partir avec sa famille, une valise et son arme personnelle", a précisé une source proche des négociations.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.