Syrie : les enfants au coeur du massacre

Depuis plus de cinq jours, la Goutha orientale est la cible de bombardements incessants. Plus de 400 personnes sont mortes, dont de nombreux enfants. 

Les images sont terribles : l'immense douleur d'un père qui enlace dans ses bras le cadavre de son enfant enveloppé dans un linceul blanc. Sur une camionnette, d'autres corps attendent d'être remis à leurs familles. Depuis cinq jours, plus de 400 personnes ont été tuées, dont de nombreux enfants. L'enclave de la Goutha orientale, aux portes de Damas en Syrie, subit des bombardements incessants de l'aviation et de l'artillerie du régime de Bachar Al-Assad et de son allié russe.

Les hôpitaux visés

Personne n'est à l'abri, pas même les hôpitaux où on tente de soigner les blessés avec les moyens du bord. "Tous les services de l'hôpital sont détruits : l'unité de soins intensifs, le bloc opératoire, l'unité pédiatriques", rapporte le porte-parole de l'hôpital Al Shifa. 400 000 personnes sont assiégées, contraintes de rester terrées dans les sous-sols. Dehors, à la surface, il n'y a pratiquement plus un seul immeuble entier. La Goutha était censée être une zone de désescalade en vertu d'un accord entre la Russie, l'Iran et la Turquie. Elle n'est plus qu'un champ de ruine où résonne le fracas des bombes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des habitants de la Ghouta orientale, près de Damas (Syrie), dans un hôpital improvisé, le 21 février 2018.
Des habitants de la Ghouta orientale, près de Damas (Syrie), dans un hôpital improvisé, le 21 février 2018. (AFP)