Cet article date de plus de huit ans.

Syrie. Le chef de la coalition de l'opposition démissionne

Il dit souhaiter "pouvoir oeuvrer avec une liberté que je ne peux pas avoir au sein d'une organisation officielle".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'ex-chef de la coalition de l'opposition Mouaz al-Khatib durant une conférence de presse à Rome, le 28 février 2013. (JACQUELYN MARTIN / POOL)

Coup de théâtre au sein de l'opposition syrienne. Son chef, Ahmed Moaz al-Khatib, a démissionné dimanche 24 mars de son poste à la tête de la Coalition nationale, reconnue comme la représentante légitime du peuple syrien par des dizaines de pays et d'organisations internationales.

"J'annonce ma démission de la Coalition nationale, afin de pouvoir oeuvrer avec une liberté que je ne peux pas avoir au sein d'une organisation officielle", a indiqué Ahmed Moaz al-Khatib dans un communiqué publié sur sa page Facebook. Cette démission surprise intervient quelques jours après l'élection sans précédant d'un Premier ministre chargé d'administrer les territoires rebelles en Syrie, Ghassan Hitto, et près de deux ans après le début d'un soulèvement populaire contre le président Bachar al-Assad.

"Durant ces deux dernières années, nous avons été égorgés par un régime d'une brutalité sans précédant, alors que le monde nous observait", a ajouté l'ex-chef de l'opposition dans son communiqué. "Toutes les destructions des infrastructures syriennes, la détention de dizaines de milliers de personnes, l'exil forcé de centaines de milliers d'autres (...) n'ont pas suffit pour que la communauté internationale prenne une décision afin de permettre au peuple de se défendre", a-t-il indiqué. Ahmed Moaz al-Khatib a démissionné, plus de quatre mois après avoir été choisi à la tête de cette instance formée à Doha sous la pression de la communauté internationale qui avait appelé les opposants au régime de Damas à s'unir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.