Syrie : la Ghouta orientale sous les bombes malgré la trève

En Syrie, au lendemain d'un cessez-le-feu voté par l'ONU, les bombardements frappent toujours la région de la Ghouta orientale. Environ 500 civils seraient morts en l'espace de sept jours.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les humanitaires continuent d'évacuer les civils à la hâte en Ghouta orientale, près de Damas, en Syrie. La scène se déroule aujourd'hui, dimanche 25 février. Pourtant, 24 heures plus tôt, l'ONU a voté un cessez-le-feu d'un mois. Sur place, une pédiatre jointe par France 2 confirme que les bombardements n'ont pas cessé. Les faubourgs est de Damas, dernier fief rebelle, sont sous les bombes de l'armée syrienne depuis plusieurs jours.

La situation est urgente pour les ONG

Dans les immeubles pulvérisés, les humanitaires tentent d'évacuer les familles prises au piège au milieu de combats acharnés entre rebelles et armée syrienne. Près de 500 civils seraient morts en l'espace d'une semaine. Pour les secours, aucun passage n'est sécurisé, les ONG estiment qu'il y a urgence. Au lendemain de la trêve d'un mois votée par l'ONU, les principaux groupes rebelles se sont engagés à respecter le cessez-le-feu, en se réservant toutefois le droit d'une riposte immédiate en cas de nouvelle frappe. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un Syrien se promène dans la ville de Douma, dans la région assiégée du Ghouta orientale, à la périphérie de Damas (Syrie), le 23 février 2018.
Un Syrien se promène dans la ville de Douma, dans la région assiégée du Ghouta orientale, à la périphérie de Damas (Syrie), le 23 février 2018. (HAMZA AL-AJWEH / AFP)