Syrie : l'ONU réclame un accès humanitaire à Yarmouk

Quelque 18 000 Palestiniens sont assiégés par le groupe Etat islamique dans ce camp situé dans la banlieue sud de Damas.

Un quartier du camp de Yarmouk, au sud de Damas (Syrie), samedi 4 avril 2015.
Un quartier du camp de Yarmouk, au sud de Damas (Syrie), samedi 4 avril 2015. (DMITRIY VINOGRADOV / RIA NOVOSTI / AFP)

La situation est d'une urgence totale. Le Conseil de sécurité de l'ONU a réclamé lundi 6 avril un accès des agences humanitaires aux milliers de Palestiniens bloqués dans le camp de Yarmouk, en Syrie, assiégé notamment par le groupe Etat islamique (EI), pour une évacuation en toute sécurité.

"Nous appelons à protéger les civils dans le camp, à assurer un accès humanitaire à cette zone pour fournir une aide vitale" aux quelque 18 000 Palestiniens assiégés, a déclaré la présidente du Conseil, l'ambassadrice jordanienne Dina Kawar, à l'issue de consultations à huis clos. Elle a plaidé notamment pour "un passage sécurisé et une évacuation des civils".

Les 15 pays membres du Conseil sont prêts "à envisager les mesures supplémentaires qui pourraient être prises afin de fournir la protection et l'assistance nécessaires" aux Palestiniens de Yarmouk, a ajouté l'ambassadrice, sans donner de précisions. Dina Kawar a aussi rappelé des résolutions de l'ONU sur la Syrie qui font obligation "à toutes les parties [au conflit en Syrie] de lever les sièges imposés aux zones habitées" et d'y faciliter la distribution de l'aide humanitaire.

"Une situation humanitaire catastrophique"

L'EI a lancé la semaine dernière une offensive sur le camp, situé près de Damas, avec l'aide de jihadistes du Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda. Ils en contrôlent désormais une grande partie mais, dans le même temps, l'armée syrienne a renforcé son siège autour de Yarmouk et mène des raids aériens réguliers sur le camp.

Depuis la Jordanie, le commissaire général de l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens, Pierre Krähenbühl, a évoqué au Conseil "une situation humanitaire totalement catastrophique" dans le camp palestinien, où les habitants "survivent à peine" avec 400 calories par jour. Il a appelé à agir "pour sauver des vies et pour permettre à l'aide humanitaire d'entrer" dans Yarmouk.