Cet article date de plus de neuf ans.

Les Anonymous piratent des emails du cabinet de Bachar Al-Assad

Les hackers ont accédé à 78 comptes, dont plusieurs étaient protégés par le mot de passe... 12345. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les Anonymous se sont attaqués aux serveurs mails du ministère syrien des Affaires présidentielles. (YVES HERMAN / AFP)

Les Anonymous sont sur tous les fronts. Après avoir lancé une vaste offensive de piratage informatique après la fermeture du site de téléchargement Megaupload fin janvier, les hackers se sont attaqués aux serveurs mails du ministère des Affaires présidentielles syrien, révèle le quotidien israélien Haaretz (en anglais) mardi 7 février

Au total, 78 comptes appartenant à des membres du cabinet de Bachar al-Assad, dont ceux du ministre des Affaires présidentielles, Mansour Fadlallah Azzam, et de la conseillère média du président syrien, Bouthaina Shaaban, ont été piratés. Et pour cause, plusieurs de ces comptes étaient protégés par le mot de passe... "12345", indique Haaretz.

Al-Assad coaché avant une interview à la télé américaine

Plusieurs centaines de courriers ont été piratés. L'un d'entre eux contenait les conseils de l'attachée de presse de la Syrie à l'ONU au président syrien avant son interview pour la chaîne américaine ABC par la journaliste Barbara Walters, en décembre 2011. "L'opinion américaine peut facilement être manipulée si elle entend que des erreurs ont été commises et que nous sommes maintenant en train de les réparer", écrit-elle. 

Sheherazade Jaafari suggère également au chef de l'Etat syrien de rejeter la faute sur les médias qui ont "dénaturé et déformé les faits" au début des affrontements avec l'opposition. Pendant cette interview, Bachar Al-Assad a répété à plusieurs reprises : "Personne ne tue les civils, la plupart des morts sont des soutiens du gouvernement." 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Syrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.