Syrie : l'escalade qui a conduit aux frappes occidentales

Sept ans après le début de la guerre en Syrie, des armes chimiques ont été utilisées une nouvelle fois. Pour les Occidentaux, Bachar al-Assad a cette fois-ci franchi la ligne rouge. Retour sur l'escalade qui a conduit aux frappes de cette nuit du 13 au 14 avril.

france 3

Le 21 août 2013, le régime syrien lance une attaque chimique dans la Ghouta, banlieue de Damas. Plus de 1 300 civils sont tués, intoxiqués par le gaz sarin. Pour les États-Unis, c'est la ligne rouge à ne pas franchir. En France, le président Hollande soutient son homologue et appelle à punir Bachar al-Assad. Mais, au dernier moment, Barack Obama recule et opte pour une solution diplomatique : un accord avec les Russes sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien, mais aucune intervention militaire.

Les frappes pourraient se répéter

Il faudra attendre le 4 avril 2017 et une nouvelle attaque chimique du régime au sud d'Alep pour que les États-Unis réagissent. Deux jours plus tard, les Américains tirent 59 missiles Tomahawk sur la base aérienne d'Al-Chaayrate d'où seraient partis les avions porteurs des armes chimiques. Cette nuit, un an plus tard, c'est ensemble que le Royaume-Uni, la France et les États-Unis ont ciblé la Syrie. En représailles à une nouvelle attaque chimique dans la Ghouta samedi dernier. 40 civils y ont perdu la vie. La France prévient, les frappes pourraient se répéter si la ligne rouge était à nouveau franchie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une image diffusée par le département de la Défense américain, montrant l\'envoi d\'un missile le 14 avril 2018, visant à frapper un site de production ou de stockage d\'armes chimiques en Syrie. 
Une image diffusée par le département de la Défense américain, montrant l'envoi d'un missile le 14 avril 2018, visant à frapper un site de production ou de stockage d'armes chimiques en Syrie.  (KALLYSTA CASTILLO / US DEPARTMENT OF DEFENSE / AFP)